Connexion en tant que membre

Europe Italie Ma destination

Vivre à Milan


milanL’expatriation à Milan n’est pas la plus difficile des expatriations. La proximité de la ville avec le sud de la France fait que les changements ne sont pas aussi radicaux, au moins pour la partie émergée de l’iceberg, dans un premier temps.

Climat
Le climat à Milan est globalement agréable. Le climat continental est tout à fait supportable mais il faut savoir qu’en hiver une épaisse couche de brouillard peut recouvrir la ville et ses alentours. L’été on ne se formalise pas quand les températures atteignent les 40°. Aussi les deux saisons qui sont les plus agréables sont le printemps (dés mars on peut déjeuner dehors) et surtout à partir de fin août jusqu’en octobre.

Logement
Le casse tête de Milan est de trouver la bonne équation entre le logement, le boulot et l’école. Beaucoup de français vivent à proximité du lycée français dans le quartier de San Siro. On trouvera là des appartements, rares sont les maisons. Si on veut un peu de verdure, il faudra aller vers Arese où des résidences (souvent avec piscine) offrent des villas avec jardin à des prix très compétitifs, Arese est désormais la communauté où les français sont les plus nombreux.
Pour les jeunes expatriés le quartier Navigli est le plus sympa. Quelques maisons ou loft, d’anciens entrepôts c’est le quartier branché de la ville avec des bars, des shows room de créateurs etc. mais les loyers ne sont pas donnés (environ 1200 euros pour un deux pièces). Sachez aussi que souvent les italiens déménagent avec leurs sanitaires, leurs éviers. Quand on arrive ça peut surprendre ! Au moment de la signature du bail, faites bien spécifier que les charges sont incluses, ce n’est pas automatique.

La circulation
C’est là le point noir de Milan et un vrai casse-tête quotidien. Entre les bandes jaunes pour les résidents et les bleues pour le stationnement courte durée le choix des places est très limité. Souvent on va jusqu’à un point A en voiture puis il faut prendre soit le métro (3 lignes) soit le tram ou bus pour rejoindre le point B but initial. Là ça se complique car les horaires sont pour le moins fantaisistes. Sortir le soir en voiture est souvent la quadrature du cercle : pas de place pour se garer, rue réservée aux résidents, parking très chers et pas si nombreux que ça. Reste les taxis qui sont nombreux mais c’est le coup de fusil. Sinon contrairement au reste de l’Italie les Milanais conduisent bien. Pas de problèmes majeurs.

L’enseignement
Le lycée français vient d’être refait à neuf et la plus part des enfants français y sont scolarisés. Jusqu’au CM2 il y a une grande diversité de nationalités. Ensuite au plus on avance vers le lycée moins les classes sont chargées ce qui représente un avantage pour les études mais un désavantage pour le nombre de copains, et comme dans de nombreux lycées à l’étranger, la langue du pays y est enseignée à raison de 3 heures hebdomadaires. Il existe de nombreuses autres écoles italiennes, américaines (dans le sud de Milan) allemandes qui ont bonne réputation mais il n’existe pas vraiment de synergie entre ces différentes écoles. Chacun reste dans son coin.

La langue
Que ceux qui ne parlent pas du tout italien ne soient pas effrayés. Assez vite on se met à l’italien de base que l’on complète par des cours particuliers ou dans des instituts de langue pour étrangers (se renseigner dans les mairies). Si les enfants sont scolarisés dans le système français il est recommandé soit de leur faire prendre des cours d’Italien à l’extérieur, soit de les inscrire dans des activités collectives (foot, tennis etc.) pour qu’ils arrivent à un niveau qui leur permettre de bien profiter de la vie locale, le cinéma par exemple où les films ne sont pas sous-titrés.
Coût de la vie
La vie à Milan est chère. Les loyers, les distractions, les transports ont un niveau comparable à ceux des grandes villes européennes. Comme les salaires ne sont pas pour la plus part très élevés, une économie parallèle se développe. Partout autour de la ville on trouve des despaci, magasins d’usine où les habitants se fournissent. De même dans le centre de Milan il existe des magasins à prix cassés. Peu nombreux sont ceux qui se fournissent dans des magasins ayant pignon sur rue, assez vite on fait comme les milanais et on s’approvisionne dans ces endroits. Les prix par contre ne se discutent pas au marché par exemple.

Jeunes expatriés
La vie pour les étudiants en « exchange student » ou ceux de moins de trente ans est très agréable. Il existe dans la ville de nombreux lieux branchés, des cafés pour les happy hours ou les « after ». La vie nocturne est très développée. Le week-end, le fait d’être près des lacs, des pistes mais aussi près de nombreux sites à visiter avec des logements agro-touristiques font qu’il y a largement de quoi s’occuper.

Sécurité
Comme dans toutes les grandes villes il convient de faire attention ! Rentrer seule le soir pour une femme, porter des bijoux voyants c’est s’exposer à de mauvaises rencontres. A part le centre où les vols à la tire ne sont pas rares, il n’y a pas véritablement d’insécurité. Il faut simplement être vigilant.

Vie Sociale
Deux grands schémas se dégagent. Soit la vie huppée avec robe longue, Scala, dîners dans des villas patriciennes, le tout réservé à une certaine frange de la population, assez restreinte et le plus souvent avec une arrière pensée business.
Ou une vie moins contrainte avec ses nombreux restaurants, cinémas, évènements ponctuels (happening) que l’on découvre petit à petit. Chacun y trouve son compte.

Milan et les Italiens
Comme on l’a vu la vie à Milan ne diffère pas tant de la vie à Marseille ou Lyon. C’est une ville industrielle. Mais quand on commence à se débrouiller assez vite on perçoit des habitudes propres aux Milanais. Ces italiens du nord sont plus proches des suisses que des habitants du sud. Longtemps les relations avec les pays plus au nord (Autriche, Suisse, France) ont façonné leur mode de vie. Ils sont bosseurs et organisés. Ce qui frappe quand on travaille ou étudie en Italie c’est l’extrême soin avec lequel les Milanais s’habillent du costume à l’accessoire, du bronzage au brushing. Ils consacrent une grande partie de leurs revenus à l’art et au soin de leur toilette. Pourtant à poste égal,
Ils sont payés 30% de moins que leurs homologues en France. La vie familiale est extrêmement importante. Ils se marient tard en général et ne vivent jamais loin de leur famille car c’est souvent la grand-mère qui s’occupe des petits-enfants, dut-elle arrêter de travailler pour ce faire.
Les couples ont rarement plus de deux enfants et tout le monde se déplace en bande. Si vous invitez ou êtes invités par des Milanais il y a fort à parier que c’est "enfants compris". Il faut le savoir. D’ailleurs il n’est pas très fréquent d’être invité dans des familles en ville et c’est souvent dû à l’exiguïté des logements. On se retrouve plus volontiers dans un bar ou dans un restaurant. Evidemment les grandes familles milanaises reçoivent mais encore faut-il pouvoir les rencontrer. Tout comme la famille, la paroisse tient un rôle social très important. Les activités y sont souvent organisées et elles jouent un rôle fédérateur sur le plan non seulement religieux mais aussi associatif.
A Milan capitale de la mode et du design (même si bon nombre de designer viennent en fait du nord de l’Europe) on est en revanche un peu déçu par l’art contemporain qui n’existe qu’à l’état embryonnaire. Il est vrai que leur passé est tellement riche artistiquement parlant qu’il y a assez peu de place pour le reste. En sortant du bureau il est fréquent d’aller boire un verre avec des collègues ou amis et le café (toutes sortes de cafés : long, serré, allongé...) sont servis directement au zinc le plus souvent accompagné de gâteaux ou de crème chantilly. Un régal.

Le plus de Milan est incontestablement sa situation géographique. A une heure et demi des pistes les plus proches, tout près des lacs ou aux beaux jours on peut aller dîner c’est vraiment à la fois dépaysant et vivifiant. Evidemment les retours sur l’autoroute sont un peu plus pénibles mais savoir qu’on peut être à 10 heures du matin sur les pistes et à 17 heures chez soi ça n’a pas de prix. Tout autour de Milan il y a plein de villages et petites villes sympas à visiter pour ceux qui sont moins sportifs. Et cette proximité n’est pas négligeable car il y a peu d’espaces verts pour les enfants en ville. Souvent les familles italiennes possèdent un campo où ils vous reçoivent plus facilement qu’en ville le week-end.

En résumé, ce n’est pas une expatriation très exotique ni dépaysante mais agréable et les italiens sont des gens ouverts, sympa, easy to talk to. C’est un bon compromis pour ceux qui cherchent le frisson de l’étranger sans une trop grande déstabilisation.

 

Femmexpat vous conseille de lire :

MILAN : à connaître avant le départ

MILAN : les bonnes adresses et les loisirs


INSCRIVEZ-VOUS GRATUITEMENT À NOTRE NEWSLETTER

1heure pour faire le point

VOTRE PROTECTION SOCIALE AVEC LA logo CFE

1heure pour faire le point

Nos derniers articles !