Connexion en tant que membre

La Scolarité Mes dossiers Education, Enseignement

Scolarité en expat : écriture scripte ou écriture cursive ?


Écriture scripte ou écriture cursive ?Catherine Allibert, notre aventurière de la langue française, se  rappelle du jour où elle a pris conscience que ses enfants, fraîchement arrivés aux USA, allaient devoir écrire en script. Alors qu'elle savait qu’en France l’écriture cursive était imposée. Que faire ?

En effet, s’ils prenaient l’habitude d’écrire « en bâton », comment allait-se passer leur retour en France ? Elle se plonge alors plongée dans des recherches sur Internet pour essayer de comprendre : écriture scripte ou écriture cursive ? Quelle est la meilleure ? 

Elle partage avec FemmExpat les fruits de son enquête...

 

Pourquoi aux USA l’écriture bâton domine-t-elle ?

Aux États-Unis, dans de nombreuses écoles, les enfants apprennent l’écriture scripte. Puis vers 8 ans, ils passent à l’écriture cursive. Comme les Common Core State Standards (des standards adoptés par près de 45 Etats américains) ne parlent pas de cet aspect, chaque école fait comme elle le souhaite. Réalisant que l’écriture cursive est très peu utilisée dans le quotidien, une majorité d’États ne juge plus nécessaire de l’enseigner. Par ailleurs, l’un des arguments soulevés est souvent celui de la lecture. Les enfants qui maîtriseraient l’écriture scripte, écriture qui est la plus proche des caractères d’imprimerie, auraient alors des facilités pour entrer dans la lecture.

  

Et en France, pourquoi le cursif ?

Tout d’abord, prenons conscience que la France est beaucoup plus tournée vers l’écrit que les autres pays. Nous écrivons encore beaucoup manuellement, même si de nos jours les nouvelles technologies changent la donne. Et la littérature est mise sur un piédestal. Culturellement, nous avons donc cette idée qu’il faut écrire, et il faut écrire bien ! Ainsi les textes ministériels le disent : « faire acquérir aux élèves une écriture cursive fluide, claire, lisible, bien disposée dans la page et dans le lignage, autorisant directement l'accès à la fonction sémantique de l'écriture est un des objectifs de l'école. » (1) En France, nous n’avons donc pas le choix !

 

L’apprentissage du cursif a du bon

En effet, il permet aux enfants de développer leur motricité fine et leur attention. Le cursif vous semble peut-être plus difficile parce que vous vous rappelez des lignes à recopier à l’infini. Mais c’est apparemment un geste assez naturel pour nos enfants. Ils font facilement des courbes, des ronds, des boucles (2). Je me rappelle de mon fils me demandant si c’était dur le cursif, et ma fille de lui répondre « C'est très facile ! C'est comme dessiner des tire-bouchons ! ».

 

Mais un apprentissage qui peut être mal vécu

Il reste que l’apprentissage du cursif demande une rigueur et une précision qui, pour certains enfants, peuvent être mal vécues à l’école.

Et la lecture me direz-vous ? Serait-elle alors plus difficile ? Il semble que non. Le cursif permet de bien délimiter les mots, les lettres étant attachées entre elles. Ce qui facilite la « photographie » générale du mot, et permet d’assimiler plus facilement les « mots-outils ».

Chose intéressante aussi : un enfant qui a écrit en cursif pourra lire un texte en cursif ou en script. Par contre un enfant qui n’écrit qu’en écriture bâton aura plus de mal à déchiffrer une écriture cursive. Oui, certains petits Américains n’arrivent pas à lire la Constitution ! (J’admets, c’est écrit en petit, mais c’est plus facile à lire qu’on ne le croit !)

 

Alors script ou cursif ?

Comme nous l’avons vu, chacune de ces manières d’écrire a ses avantages et ses inconvénients.

Ce qui est sûr, c’est que l’écriture manuelle est essentielle. Il est important pour le développement de l’enfant de lui faire travailler sa motricité fine. Si le script ne l’apporte que dans une moindre manière, il est nécessaire de combler ce besoin par d’autres moyens (par le dessin par exemple).

Au-delà de la motricité même, l’écriture manuelle apprend la réflexion, l’attention, l’application. Elle implique tout le corps, ce qui est une clé d’apprentissage (3). Et elle engage beaucoup plus que le simple fait de taper sur un clavier.

Elle permet aussi de faire beaucoup plus d’erreurs et de les visualiser (alors que la touche « supprimer » du clavier est trop facile d’accès !). Et se tromper est essentiel dans l’apprentissage. C’est dans ces moments-là que l’on crée alors ses propres stratégies de mémorisation pour ne plus faire l’erreur.

 

Comment cela s’est-il passé pour nous ?

Comme je vous le disais, ma fille a appris l’écriture bâton. À l’âge de 9 ans, elle s’est mise à l’écriture cursive (4) aux États-Unis. Elle devait écrire tous ses cours en cursif. Chose étonnante : dans ses cahiers de notes personnelles, elle continuait d’adopter le script.

Lors de notre retour en France, je suis allée voir le futur professeur de ma fille et lui ai posé la question tout de go : cursif ou script ? Elle pouvait écrire comme elle le souhaitait. Il m’a tout de même alerté : tous ses collègues ne sont pas du même avis. Et il valait mieux qu’elle profite de cette première année en France dans sa classe pour se mettre sérieusement au cursif. Ce fut donc tout en douceur qu’elle adopta l’écriture attachée. Pour mon fils, le défi fut plus difficile à relever : il a dû apprendre très vite à écrire en cursif. Et c’était nouveau pour lui. Mais en s’appliquant quotidiennement, il a vite rattrapé ses petits camarades français ! (5)

 

À ce jour, mes deux enfants écrivent « en attaché »

Un petit sondage ? Les deux sont unanimes, ils préfèrent le cursif car ils trouvent que c’est plus joli et plus rapide. Auraient-ils répondu cela si nous étions restés aux USA ? J’en doute. L’environnement, l’effet de groupe et la culture ambiante jouent énormément et le besoin de s’intégrer est bien plus fort que toute autre chose. De mon côté, j’ai une écriture qui mêle cursif et script, que j’ai acquise au collège. Je crois que je change encore d’écriture au fur et à mesure de ma vie. Car l’écriture manuelle est avant tout un outil, un moyen de faire passer tous nos mots sur une feuille de papier, de communiquer nos pensées, de partager nos émotions. Certains disent même qu’elle est le reflet de notre âme.  Après tout, la graphie est-elle si importante ? À mon avis, chaque enfant doit pouvoir trouver son propre style, sa propre manière d’écrire, celle où il se trouve bien. Car ce qui importe le plus pour notre enfant n’est-il pas finalement que le message passe ?

 

Quid des autres pays ?

Je n’ai que l’expérience des États-Unis (dans l’Etat de New-York). Je serais curieuse de savoir comment cela se passe dans les autres pays (et les autres états américains !). Laissez un commentaire pour nous dire si vos enfants apprennent en écriture cursive ou bâton !

 

Ressources :

(1) http://eduscol.education.fr/cid105737/francais-cycle-2-ecriture.html
(2) Céline Alvarez dans son livre « les lois naturelles de l’enfant » le dit aussi p.258
(3) Voir l’approche « Tête / Corps / Cœur, » de la pédagogie positive dans le livre « Apprendre autrement avec la pédagogie positive » d’Audrey Akoun et Isabelle Pailleau.
(4) Le saviez-vous ? L’écriture cursive américaine est légèrement différente de l’écriture cursive française !
(5) Pour vous aider aussi, cette ressource : http://videos.education.fr/MENESR/eduscol.education.fr/2016/Ressources2016/Francais/Geste_ecrit_trace_lettres_ecriture_cursive.mp4

 

 

Catherine Allibert, une histoire de samouraïsCatherine Allibert

Exploratrice de la langue française. Elle embarque petits et grands dans des activités ludiques et créatives autour de l'apprentissage du français, tout en améliorant la relation parents-enfants.

> Son site : http://www.unehistoiredeninjasetdesamourais.com - "Apprendre le français avec la souplesse du ninja et la rigueur du samouraï !"

> Retrouvez-la également dans ses podcasts : « Le français comme j’aime » 

> Vous pouvez aussi rejoindre son groupe de parents sur Facebook  « Le français à la maison »pour échanger autour des difficultés d’apprentissage du français pour nos enfants.
 
En panne d’idées pour choisir des livres pour vos enfants ? Suivez son compte Instagram où elle partage toutes ses découvertes !
Couverture_la-fille-de-lempereur_Catherine Allibert
 
NOUVEAU : Catherine vient de sortir un roman jeunesse "La fille de l'empereur" , le premier tome d'une série intitulée... "Une histoire de ninjas et de samouraïs", bien évidemment !

 
 
 

bouton Abonnement NL FXP- 350x150

 

FemmExpat vous recommande aussi  :

Mon enfant n’aime pas lire en français

Apprendre le français à son enfant : arrêtons le bras de fer

« Au secours ! Mon fils parle franglais ! » et autres inquiétudes de parents expatriés

Apprendre le français à son enfant : notre traumatisme du stylo rouge

Apprendre le français à ses enfants : quand s’y mettre ?


Commentaires

Poster un commentaire

ABONNEZ-VOUS À NOTRE NEWSLETTER

Évènements à venir

Femmexpat Conférences en ligne