Connexion en tant que membre

Ecole Jeannine Manuel Guides Partenaires La Scolarité la scolarité au retour Mes dossiers

L’entretien éducation : Elisabeth Zéboulon, la fin des notes pour les évaluations


L'entretien éducation : Elizabeth ZéboulonDes contrôles, des devoirs sans note ? Mais alors comment évaluer les élèves ? L’Ecole Jeannine Manuel saute le pas cette année et annonce, au sein de ses collèges bilingues à Londres, Paris et Lille, un nouveau modèle d’évaluation. Nous avons voulu en savoir plus et avons rencontré son chef d’établissement à Paris, Elisabeth Zéboulon. 

 

Vous avez annoncé à tous les parents du collège de Paris, après celui de Londres, la suppression de notes au collège. Pourquoi une telle mesure ?

Deux sources distinctes irriguent l’innovation au sein de l’Ecole Jeannine Manuel. Une veille pédagogique à la recherche des meilleures pratiques dans le monde, et la créativité de nos propres équipes.

L’enseignement et l’évaluation par compétences sont les conséquences naturelles de ces deux principes. Ils partent d’un triple constat.

  • D’une part, notre échelle de 0 à 20 donne l’illusion de la précision et de la fiabilité.
  • D’autre part, elle est trop souvent dépourvue de sens pour les élèves et les parents.
  • Et enfin, elle est opaque au reste du monde.

La mise en place d’un enseignement et d’évaluations par compétences valide ainsi nos pratiques. Tout en s’inscrivant dans le nouveau cadre proposé par le ministère de l’Éducation nationale.

 

La compétence est désormais mise à l’honneur parallèlement à l’acquisition des connaissances. Pour vous ce mode d’évaluation peut-il changer l’apprentissage au collège ?

À l’écoute des sciences cognitives, l’école s’appuie notamment sur les travaux de Carol Dweck, professeur à Stanford. Sa théorie du Growth Mindset souligne le rôle de l’effort dans les apprentissages. Et l'école s'appuie également sur les quatre piliers de l’apprentissage formulés par Stanislas Dehaene, professeur au Collège de France (Attention, engagement actif, retour d’information, consolidation).

 

L’élève ne travaille plus pour avoir une bonne note mais pour un objectif d’apprentissage défini par des capacités qu’il devra posséder. Comment votre pédagogie intègre cela ?

Notre objectif aujourd’hui est d’engager davantage les élèves dans leurs apprentissages. Nous cherchons ainsi constamment à favoriser leurs engagements actifs, tout en leur faisant prendre conscience de leurs progressions. La métacognition, autrement dit la perspective qu’ont les élèves sur leurs propres apprentissages, devient un levier motivant et essentiel.

Mises en place à compter de cette année, les nouvelles modalités d’évaluation au collège rendent les élèves plus conscients de ce qui est attendu d’eux, des compétences qu’ils travaillent et de celles qui seront évaluées. L’objectif est donc de transformer le regard qu’ils portent sur leurs apprentissages. Les évaluations des compétences leur donneront un feedback fiable et pertinent. Ainsi que les outils et les incitations pour progresser, tout en développant leur autonomie.

 

Sur quoi l’élève est-il évalué ?

L’évaluation s’appuie désormais sur le corpus des connaissances et compétences exigées par les programmes officiels. Les attendus de fin de cycle donnent aux enseignants, aux élèves et à leurs familles les repères nécessaires. Ils permettent d'apprécier l’acquisition des connaissances et des compétences ainsi que la progression de chaque élève au cours du cycle

Le Socle commun de connaissances, de compétences et de culture désigne les connaissances et compétences qui doivent être acquises à l’issue de la scolarité obligatoire. Transversales, elles se répartissent en cinq domaines :

  • Les langages pour penser et communiquer
  • Les méthodes et outils pour apprendre
  • La formation de la personne et du citoyen 
  • Les systèmes naturels et les systèmes techniques
  • Représentations du monde et de l’activité humaine.

Les parents recevront pendant l’année trois bilans trimestriels illustrant l’état des acquisitions de l’élève au regard des objectifs en termes de compétences. Des bilans intermédiaires seront envoyés fin octobre et en février. Ils permettront d’évaluer l’autonomie et l’engagement dans les apprentissages de l’élève. Ainsi que sa progression dans l’acquisition des compétences et des connaissances requises. Enfin, les parents recevront également des bilans de fin de cycle (6ème et 3ème).

 

L’élève prend conscience de là où il en est. Mais est-il encore possible de le situer dans la classe et de jauger ses progrès ?

L’idée n’est pas de comparer les résultats de son enfant par rapport aux autres. Mais que vous sachiez, et qu’il sache, où il en est dans ses apprentissages. L’évaluation des compétences améliore l’efficacité des apprentissages, même pour ceux qui réussissent le mieux, en validant l’effort et en permettant à chacun d’identifier ses succès, ses difficultés. Et en l’aidant à définir son parcours de progression. Parcours qui, contrairement aux échelles de notes, n’a pas de limite supérieure.

L’adaptation de chaque professeur a-t-il représenté un travail considérable ?

Les enseignants travaillent déjà par compétences. Cette évolution leur permettra d’enseigner et d’évaluer de manière plus fine, plus pertinente et surtout, plus explicite. À ces changements correspondent un réel enrichissement des pratiques pédagogiques, mais aussi un très grand engagement. Nous savons pouvoir compter sur l’engagement de tous.

 

Quelle est ici la principale crainte des parents que vous avez rencontrée ?

Peut-être l’idée entendue ici et là selon laquelle les compétences pourraient se substituer aux connaissances. A cela nous répondons que connaissances et compétences sont intiment liées et complémentaires. Il n’y a pas de compétence sans les connaissances qui les nourrissent. En histoire-géographique, par exemple, comment faire un croquis sans les connaissances relatives au sujet donné ?

 

Que va-t-il se passer si mon enfant doit être scolarisé dans un autre pays ?

Les évaluations par compétences répondent à un effort de clarification. Les nouveaux bilans seront plus lisibles à l’étranger. En effet, l’analyse plus précise des acquis des élèves facilitera l’élaboration des transcripts.

 

Entretien réalisé par Sabine Cros. 

 

Sabine Cros est la responsable des pages Education de FemmExpat. Une question à lui poser, un témoignage à partager, un sujet que vous souhaitez voir traiter ? Ecrivez-lui à sabine.cros@femmexpat.com.

 

FemmExpat vous conseille de lire aussi :

Revue de presse Education : APB, bilinguisme, orientation, sélection à l’université…


INSCRIVEZ-VOUS GRATUITEMENT À NOTRE NEWSLETTER

ACCÉDEZ GRATUITEMENT À NOS FACEBOOK LIVE

1heure pour faire le point

VOTRE PROTECTION SOCIALE AVEC LA logo CFE

1heure pour faire le point

Nos derniers articles !