Connexion en tant que membre

La Prévention La santé Mes dossiers

Des psys pour les expats


Des psys pour les expatsLorsqu’on s’expatrie on pense souvent à se renseigner sur les structures médicales de notre pays d’accueil, mais pas toujours sur les professionnels de santé psychique installés sur place. Pourtant les expatriés peuvent eux aussi avoir besoin de consulter un « psy » : événement familial ou professionnel, difficultés d’adaptation, déprime passagère, difficultés scolaires ou troubles plus importants. Pouvoir consulter un professionnel peut s’avérer nécessaire.

Femmexpat : Vous venez de créer le Réseau PsyExpat, pouvez-vous nous expliquer ce qu’est ce réseau ?

Gaëlle Pradillon : Le Réseau PsyExpat c’est d’abord un site internet  –  www.reseau-psyexpat.com –  qui permet aux francophones expatriés de trouver gratuitement et facilement un professionnel francophone de santé psychique, un « psy », dans son pays d’accueil. Il s’agit d’une initiative bénévole et sans but lucratif qui permet à tous les professionnels psy (dûment diplômés et enregistrés, nous le vérifions pour chaque inscription) de faire connaître leur existence et leur pratique où qu’ils soient installés dans le monde. Un mois après le lancement, notre annuaire compte déjà plus de soixante professionnels francophones (psychologues, psychiatres, psychothérapeutes, psychanalystes) installés dans près de 40 villes et 25 pays. Et nous continuons à recevoir régulièrement l’inscription de nouveaux collègues. L’information est plus difficile à obtenir sur certaines zones géographiques (Afrique et Amériques notamment) où nous n’avons encore que peu de collègues inscrits. Mais nous travaillons d’arrache-pied à compléter la carte du réseau.

FE : Le Réseau PsyExpat est donc destiné surtout au grand public ?

GP : L’annuaire des professionnels est certes destiné au grand public – aux expatriés qui recherchent un psy dans leur pays d’accueil  – mais aussi aux professionnels psy que nous sommes. Il nous permet par exemple de trouver et échanger avec un collègue pour lui adresser un patient qui déménage, et donc d’assurer une continuité des soins. Dans certains cas, comme une dépression sévère, une anorexie ou des troubles du spectre autistique, assurer la continuité du suivi psychologique ou psychiatrique est indispensable. Or jusqu’ici il était difficile d’identifier nos collègues installés dans d’autres pays et de communiquer avec eux, d’où parfois des discontinuités dommageables à nos patients. Cette initiative permettra d’y répondre et, nous l’espérons, d’améliorer la qualité des soins psychiques pour la population expatriée.

FE : C’est dans ce but que vous avez créé ce réseau ?

GP : Tout à fait. L’une de nos difficultés en tant que professionnels était cette difficulté à organiser la continuité du suivi pour ceux de nos patients qui en avaient besoin. C’est ce qui qui nous a poussées à nous lancer dans ce projet, et puisque nous étions en train de recueillir cette information sur les collègues de l’étranger il nous a semblé naturel et indispensable de la mettre à la disposition du public qui rencontre les mêmes difficultés à trouver ou choisir un psy. Notre action comporte aussi un deuxième volet, à destination des professionnels cette fois : faciliter notre formation continue, organiser des colloques, permettre la construction d’une réflexion commune sur la pratique du psy à l’étranger qui soutiendra les collègues qui nous succèderont. Cette action sera moins visible pour le grand public mais contribuera nous l’espérons à la qualité des prises en charge.

FE : Vous dites « nous », vous êtes donc plusieurs à avoir lancé cette initiative ?

GP : Nous étions deux au lancement de ce projet : Adélaïde Lefèvre, psychologue installée à Manille, et moi-même, également psychologue clinicienne et installée à Shanghai. Nous continuons à travailler ensemble sur cette initiative en parallèle de notre activité clinique et espérons que nous aurons dans un futur proche des collègues-relai sur chaque continent pour faciliter nos échanges professionnels. Nous avons par exemple 13h de décalage horaire avec les collègues de Houston, ce qui complique évidemment les échanges directs par Skype.

FE : Peut-on trouver un psy francophone partout dans le monde ?

GP : Les psys sont des expatriés (presque) comme les autres, ils vont donc changer plus ou moins fréquemment de pays. Les pays où se trouve une grosse communauté francophone sont évidemment les mieux pourvus (Royaume Uni et Allemagne en tête) et ceux où la communauté est plus modeste peuvent disposer ou pas d’un psy au gré des années et du hasard des affectations. Lorsqu’il n’y a pas de professionnel de santé psychique dans son pays d’accueil, il est toujours possible d’organiser des consultations à distance (par téléphone ou visio-conférence). Nous venons de mettre en ligne une carte recensant ceux de nos collègues qui proposent des consultations à distance pour que chacun puisse trouver un psy sur un fuseau horaire compatible.

FE : Y a-t-il également quelque chose de prévu pour les expatriés qui rentrent dans leur pays d’origine ?

GP : Effectivement, nous recensons également les professionnels psy qui ont travaillé à l’étranger – connaissant donc bien ces problématiques de l’intérieur – et qui se sont réinstallés dans leur pays d’origine. La réimpatriation peut être vécue comme « l’expatriation » la plus difficile de toutes, il nous semblait donc important que les réimpatriés puissent s’ils le souhaitent consulter un professionnel psy ayant une véritable expérience et connaissance de ces problématiques pour les soutenir de la manière la plus adéquate. Plusieurs collègues réinstallés en France ou en Belgique figurent déjà dans notre annuaire… en attendant ceux qui les rejoindront dès cet été. 

Gaëlle Pradillon

Psychologue clinicienne (Shanghai)

Co-fondatrice du Réseau PsyExpat

gaelle.psychologue@reseau-psyexpat.com

FemmExpat vous recommande de lire aussi :

Domitilla, orthophoniste en ligne


INSCRIVEZ-VOUS GRATUITEMENT À NOTRE NEWSLETTER

1heure pour faire le point

VOTRE PROTECTION SOCIALE AVEC LA logo CFE

1heure pour faire le point

Nos derniers articles !