Connexion en tant que membre

Actualités Les billets d'humeur Psycho

L’addiction à la vie en expatriation


expat Addict
Illu : Caroline Gaujour

 

Vous connaissez le syndrome : les expats qui s’enchaînent, dans l'espoir de retarder au maximum le retour au bercail, les enfants expats qui ne rêvent que d'une chose, reproduire le schéma. On parle souvent de virus, on pourrait parler d'addiction. Qu’est ce qui rend la vie d’expat « so addictive » ?  

Si on pose la question aux expatriés avides d'une nouvelle vie : "Que représente l’expatriation pour vous ? ". Trois profils se dessinent :

 


1. Il y a ceux pour qui « expatriation » veut dire « exploration »

Un mot en onze lettres qui veut dire tellement de choses à lui tout seul : découverte, aventure, nouveauté… On sent que ces expatriés sont des voyageurs qui veulent devenir des explorateurs, carte en main et prêts à partir à l’aventure. Rien ne les arrête désormais, ils savent ce qu’ils veulent : découvrir le monde.

 

2. Il y a ceux pour qui « expatriation » signifie « meilleures conditions de vie »

... et rime souvent avec immigration. Ils échappent à des économies en berne et visent de mieux vivre en dehors de leurs pays d'origine, pour atteindre une qualité de vie qui satisfasse leur désir de se sentir comme un individu autodéterminé.

 

3. Enfin, il y a les expatriés qui associent « expatriation » à l’ « enrichissement de connaissances »

... et qui sont prêts à multiplier leurs destinations pour fortifier leur expérience internationale, curriculum vitae inclus.

 

 

La plupart des expatriés sont cependant unis dans leur hésitation à « revenir en arrière », une description qui signifie souvent plus que juste rentrer à la maison et qui implique de revenir à un état antérieur.

 

 

Alors comment se crée ce sentiment si étrangement commun ?

Quand les expatriés commencent leur aventure, ils entrent dans un tout nouvel état d'esprit. Certains cessent de se préoccuper de choses futiles ou se libèrent de pressions enfouies. Le défi de vivre dans un nouvel endroit leur permet de se voir comme des individus plutôt que comme les citoyens d'un pays ou les membres d'une culture. Cela leur donne une toute nouvelle perspective interne.

 

En étant loin de leur environnement habituel, « de la maison », il est possible pour les expatriés de s’éloigner de toutes les choses qui ont influencé leur vie et de réfléchir à la question « qui suis-je?». Il devient alors possible de déconstruire les choses qui ont fait ce qu’ils sont. Ils se sentent plus en contrôle de leur propre identité. Cela peut conduire à une plus grande tolérance et empathie. Certains expatriés diront qu’ils sont devenus plus tolérants, plus ouverts d’esprit, se sentant comme un citoyen du monde plutôt cool.

 

 

Et c’est l’effet boule de neige qui commence…

Plus un expatrié s’ouvre, plus il sera à l’aise avec sa nouvelle vie et aura envie d’en découvrir encore plus et de partir à la conquête de nouvelles amitiés. La capacité de se lier facilement et rapidement d’amitié avec les gens qu’on rencontre est un sentiment addictif. Pouvoir étendre son groupe d’amis dans le monde entier fait rêver.

 

Faire partie désormais d’une communauté internationale peut également donner aux expatriés l’accès à de nouvelles opportunités et idées, et peut les aider à se sentir plus en confiance, à la fois professionnellement et personnellement parlant. Ils sont prêts à prendre plus de risques quand ils ne sont pas dans leur pays d’origine et à repartir de zéro s’ils ont pris la mauvaise route. La vie d'expatrié semble toujours offrir de nouvelles chances !

 

Les expatriés aiment aussi l'adrénaline de se sentir grandir. Après un certain temps, cela devient la nouvelle norme et la vie «à la maison» semble ennuyeuse en comparaison.

 

C’est simple. Voilà pourquoi la vie d’expatrié est comme une addiction. A l'étranger, les expatriés se sentent libres, indépendants, aventureux, curieux, appréciés pour leurs compétences et leur conscience de soi !

 

 

 

 

Illustration par Caroline Gaujour, illustratrice/graphiste expatriée à Istanbul – http://www.dessinsdexpat.com/

- La suivre sur Facebook 

- Découvrir son portrait sur FemmExpat.com

 

 

 

FemmExpat vous conseille de lire :

 Partir en expat, c'est grandir un peu

Au retour, gardez l'expat attitude !

L’entre-deux de l'expat... quand ça sent la fin mais que rien ne vient

Le syndrôme de la femme expat

 

bouton Abonnement NL FXP- 350x150


INSCRIVEZ-VOUS GRATUITEMENT À NOTRE NEWSLETTER

ACCÉDEZ GRATUITEMENT À NOS FACEBOOK LIVE

VOTRE PROTECTION SOCIALE AVEC LA logo CFE

Nos derniers articles !