Connexion en tant que membre

Les billets d'humeur Ma vie en expatriation Psycho

L’entre-deux de l’expat…Quand ça sent la fin mais que rien ne vient

Ajouter à mes favoris
  • 94
  •  
  •  
  •  
  •  

L’entre-deux de l'expat…Quand ça sent la fin mais que rien ne vientL’entre-deux des femmes expats... Quand ça sent la fin mais que rien n’est définitif, ni défini pour la suite.

Lorsque le conjoint est face à un projet qui n’aboutit pas ou qu’il y a restructuration au bureau ou encore que son mandat vient à terme sans option de renouvellement ou enfin qu’il ressent tout simplement que sa place est ailleurs...

C’est ainsi que commence l’entre-deux  des femmes conjointes d'expat.

Le moment où l’on commence à anticiper la fin sans pouvoir se projeter dans un ailleurs qui est encore bien flou et que l’ici n’est plus projetable non plus. Difficile donc de s’engager dans quoi que ce soit. On sent la fin mais la fin viendra-t-elle dans un mois ? Dans 6 mois ? Dans 1 an ?  Ou pire encore dans 2 ans ?!  L’évocation de l’ailleurs nous énergise, nous fait rêver alors que l’entre-deux d’ici nous freine et nous éteint.

On se voit déjà ailleurs ! Repartir vers de nouveaux horizons ! Se réinventer ! Une bouffée de fraîcheur ! Je pourrais faire ceci, cela ! Retrouver un boulot ! Apprendre une nouvelle langue ! Déjà, on voudrait être dans l’ailleurs. Alors l’ici est moins attractif. Forcément. Tout ce qui nous pèse lourd depuis le début dans l’ici, mais que nous avions décidé d’accepter, ressort forcément de façon amplifiée.  Les projets que nous n’avions pas encore entamés dans l’ici nous donnent moins envie….

Avec le conjoint, notre allié de l’aventure ! On rêve, on se projette…. On évite de trop en parler autour de nous mais entre nous,  on ne parle que de ça !Comme si ça nous permettait de se rassurer mutuellement dans cette période d’incertitude où la seule chose qui est certaine est nous deux, notre famille. Le couple se rapproche, s’unit autour de ce projet commun ; celui qui nous a souvent uni au départ : le projet de l’aventure et de l’expatriation.

Pas facile donc cet entre-deux mais alors, où irons-nous ?

Surtout lorsqu’il il y a des enfants et que notre vie est rythmée sur l’année scolaire.  Il faut agir, mais pas trop vite. Mieux vaut bouger à la fin des classes et par chance, le calendrier scolaire sera le même ; dans le même hémisphère. Et nous voilà parties !  A chaque évocation d’une potentielle destination : Hop ! On part surfer. Y a-t-il un Lycée français ? Et les soins de santé sont comment là-bas ? On y parle quelle langue ? Y a-t-il une communauté étrangère ? Et pour l’équitation ? Le Yoga ?…. Juste le temps d’y penser et nous voilà experte de la destination ! Heureusement (ou pas !) qu’il y a internet. 

Viennent ensuite les angoisses

Ah mais non! Pas en Afrique ! Ce n’est pas le moment ! T’as vu ? Ou : Super destination le Queensland ! Mais… il n’y a pas de Lycée Français ! Comment on va faire avec la petite dernière qui va rentrer en 3ème ? Et puis l’Amérique Latine : Cool ! Mais peut-être un peu loin pour le fils qui va commencer ses études universitaires en Europe. Il aura besoin de nous, non ?  On ne peut pas partir si loin en ce moment !  O.M.G. comment faire ?!!!!!

Malgré les angoisses et les excitations,  on a confiance. On trouvera une solution. Et on laisse faire le temps en parallèle.

On se rapproche, on discute, on multiplie les cafés, les déjeuners en tête-à-tête…..ZEN ! COOL ! QUE SERA SERA ! INCH ALLAH !

…Peut-être pas à ce point-là non plus, quand même! Mais bon…. Pas grand-chose à faire quand si peu n’est concret. Patience…

 “Stay tuned pour la suite comme disent les Anglais! I’ll keep you posted !”

Maryse B-L

Femmexpat vous conseille de lire :

les émotions contradictoires du retour d'expat

L'image de la France vue de l'étranger

Les tabous de l'expatriation : Quand la mayonnaise ne prend pas

Au retour, gardez l'expat' attitude !

Les 24 choses à ne surtout pas faire en France !


  • 94
  •  
  •  
  •  
  •  

VOTRE PROTECTION SOCIALE AVEC LA logo CFE