Connexion en tant que membre

Témoignages Vie pro

La femme expatriée et le syndrome de l’imposteur…


Femme expatriée et le syndrome de l'imposteur

Vous doutez de vos capacités et vous vous pensez hors circuit ? Ce sentiment d'illégitimité a un nom : le syndrome de l'imposteur. Ce phénomène est essentiellement féminin. Il touche en particulier des femmes très compétentes qui perdent confiance en leur capacité à mener une vie professionnelle intéressante et valorisante. Rajoutez à cela l'expatriation...

Rencontre avec Bénédicte, sociologue de formation, expatriée à Johannesburg qui nous livre ses conseils pour dépasser ce sentiment.

 

 

« Depuis que nous sommes installés à Jobourg, je me sens nulle, mais nulle ! »

Elise (prénom d'emprunt) m’a demandé de prendre un café avec elle ce matin-là, après avoir déposé ses enfants à l’école. Elle craque. Elle est arrivée il y a six mois, a été très occupée au moment de l’installation par le déménagement et l’adaptation de ses trois enfants à l’école. Mais maintenant que toute la petite famille a pris ses marques, Elise est envahie par un sentiment d’inutilité et d’échec.

 

Cette phrase-là, je l’ai entendue à plusieurs reprises de la part de femmes expats qui me joignaient via Work In The City JHB, le réseau professionnel que j’ai créé en juin 2016 pour mettre en commun les expériences et les questionnements professionnels des (femmes) francophones à Johannesbourg. Je l’ai entendue de la part de femmes tout à fait saines, mais submergées par des moments de doute.

 

Le phénomène de l'imposteur

Lorsque les psychologues Clance et Imes ont pour la première fois parlé du phénomène de l’imposteur dans la revue ‘psychotherapy theory, research and practice’ en 1978, elles l’ont décrit comme un phénomène essentiellement féminin. Elles l'avaient constaté en particulier, chez des femmes très compétentes, fréquentant des séances de thérapie de groupe. Celles-ci, bien que bardées de diplômes et de succès professionnels avaient tendance à attribuer leurs réussites à des effets de hasard ou de chance. Si Clance et Imes avaient testé des femmes expatriées, elles auraient été édifiées !

 

<< Pour lire l'intégralité de cet article, rendez-vous sur Expat Value, le site de la carrière en expatriation >>

 

Pour aller plus loin, Expat Value vous recommande de lire :

Regard de coach sur le syndrome de l'imposteur

 

FemmExpat vous conseille aussi :

Le coaching pour trouver un job en expat ou au retour

 


INSCRIVEZ-VOUS GRATUITEMENT À NOTRE NEWSLETTER

ACCÉDEZ GRATUITEMENT À NOS FACEBOOK LIVE

VOTRE PROTECTION SOCIALE AVEC LA logo CFE

Nos derniers articles !