Connexion en tant que membre

Les billets d'humeur

French quoi ? Top-10 des expressions anglophones attribuées aux Français


French-quoi-top-expressions

French kiss, french bread, french disease, french manucure… Il existe en anglais de nombreuses expressions utilisant le terme « french ». Mais en réalité la plupart d’entre elles n’ont rien de français, ni dans leur origine, ni dans leur composition.

Est-ce le reflet de notre art de vivre ou de nos traditions ? Sommes-nous victimes de notre réputation (pas toujours positive, avouons-le) à l’étranger ?

Nous en avons dressé une petite liste (non exhaustive)…  French liar or not ?

 

 

1. French kiss

Le “french kiss” est devenu légendaire aux États-Unis pour parler de ce fameux baiser langoureux et passionné, où les langues s’entremêlent.

Mais pour la petite histoire, on devrait plutôt parler d' “Indian Kiss”. Il serait en effet apparu dans le Kama Sutra, écrit au Vème siècle avant JC et diffusé dans le monde à la suite de la conquête de l'Inde par Alexandre le Grand. Le terme a été utilisé après la première guerre mondiale par les soldats anglais et américains, légèrement choqués par notre culture… moins puritaine 😊 Ils l’auraient néanmoins rapidement adopté en ramenant chez eux ce fameux bisou « à la française ».

Par ailleurs, la grande Histoire ne fait pas le lien du « french kiss » avec le « french lover »… réputé charmant, séducteur, romantique, attentionné et plein d’esprit… Et oui, selon la majorité des Américaines, l’amant parfait ne peut être que français !

Cette réputation de tombeur serait née dans les années 1950 avec les succès d’Yves Montand, Alain Delon ou Jean-Paul Belmondo. Depuis, les séducteurs « frenchy » sont perçus à l’étranger comme délicats, distingués et cultivés. Et vous, qu’en pensez-vous ?

 

2. French fries

L’expression ravive toujours les tensions avec les Belges… qui en revendiquent la paternité ! D’autant, avouons-le, que sans vraie « friteuse » et double cuisson à la graisse de bœuf - à accompagner, bien sûr avec de la mayonnaise -, la frite française n’est pas une frite )

Si la Belgique réclame plutôt l’expression de « Belgium fries » pour rappeler l’origine géographique, certains prétendent ici que l’expression n’a rien à voir avec un pays d’origine, mais que le French viendrait plutôt d’un vieux dialecte irlandais voulant dire « coupé en morceaux ». Les immigrants issus de la grande famine irlandaise ont alors popularisé l’expression. Quant aux Anglais, ils préfèrent dire « chips ».

 

3. French bread/stick

Là, pour le coup, on est sur une vraie paternité française qui mérite son étiquette… Par ce que oui, la baguette est belle et bien une de nos spécialités les plus connues et appréciées dans le monde !

L’origine de la baguette n’est pas clairement établie. On retrouve toutefois la mention de pains longs et fins en France dans des journaux du  XIVe siècle. Le terme a été utilisé en anglais dès le XVe siècle pour le distinguer des autres types de pain plus grossiers. Aujourd’hui, le pain français est devenu une référence pour n’importe quel pain blanc avec une forme vaguement baguette, mais il reste tout de même une spécialité bien française dans les pays anglo-saxons.

Et pour le coup, amis boulangers français, n’écarquillez pas vos yeux horrifiés si un Belge veut vous acheter « du pain français » lors de ses vacances Outre-Rhin… (histoire vécue dans un grand moment de solitude).

 

4. French toast

Ici, on parle tout simplement de pain perdu… Et s’il est difficile de tracer l’historique de son origine, il semblerait qu’on soit loin d’une invention française, puisqu’il daterait de l’empire romain, à une époque où la France n’existait pas encore.

A la base, le pain perdu permet d'utiliser du pain rassis, soit par nécessité de ne pas perdre de nourriture, soit parce que jeter du pain, avec ses connotations religieuses, est socialement inacceptable. Mais aujourd’hui, repris par des grands chefs qui le proposent en version améliorée (à base de brioche, flambé, servi avec de la glace ou du sirop d’érable), il est aussi devenu un élément de desserts soignés proposés dans les restaurants gastronomiques.

 

5. French dressing

Petite nuance non négligeable… En effet, si chez les Anglais, le french dressing correspond à une vinaigrette classique (à base d’huile, de citron et d’épices), méfiez-vous car chez les Américains c’est plutôt une sauce à base de ketchup (ou sauce tomate pour les plus raffinés) … qui n’existe même pas en France 😊

 

6. French beans

Dans ce cas, l’appellation mérite son titre puisqu’il s’agit d’une variété de haricots verts originaires de France. Une précision qui mérite toute son importance au restaurant, histoire de ne pas se retrouver face à un plat de haricots blancs baignés de sauce tomate (les fameux « beans »).

 

7. French manucure

La french manucure se reconnait à son ongle rosé et nu avec son trait de vernis blanc opaque sur le bord de l'ongle afin de le faire paraitre plus long.

Aujourd’hui, détrônée par la palette de couleurs à dominante rouge (voire fluo en période estivale), elle a tendance à perdre de son prestige, mais cette technique de mise en beauté des ongles tire son aura des starlettes hollywoodiennes…

Elle n’a donc rien de française puisqu’elle est née aux États-Unis dans les années 1970 et a été inventée pour les stars du cru. Elle aurait été dénommée « French » en référence à la « French touch », terme évoquant l'élégance et le raffinement dans le domaine de la mode.

 

8. French bulldog

Le bouledogue français est LA star du moment… Nombreux sont les peoples qui ont craqué pour lui (Lady Gaga, David (et Victoria) Beckham ou Leonardo Di Caprio notamment…)

Mais ce chien (qui a la réputation de ronfler et de souffrir de flatulences) a en réalité des origines anglaises ! En effet, dans les années 1800, certains ouvriers britanniques spécialisés dans la dentelle se sont installés en Normandie, et ont apporté avec eux leurs animaux de compagnie, de petits bouledogues.

Ces petits chiens sont devenus très populaires notamment auprès de la bourgeoisie parisienne. Le nom de « bulldog » français s’est affirmé et est finalement devenu une race à part entière.

 

9. French window / door

On parle ici de… porte-fenêtres à deux pans, très plébiscitées par les Américains, pour leur esthétique et surtout pour leur apport de lumière naturelle (à noter que l’appellation reste valable pour les doubles portes de frigidaires… mais plus difficile de savoir pourquoi !)

L’origine des “French doors” remonte à la Renaissance en France et cette mode se serait propagée d’abord en Grande-Bretagne puis aux États-Unis, et notamment à New York dans les maisons bourgeoises. Ce sont ces mêmes riches propriétaires qui, au début du XXe siècle, vont transformer leurs “French doors” classiques en vitraux colorés très recherchés aujourd’hui.

Aujourd’hui, l’appellation est surtout utilisée par snobisme par les Américains… car une touche de français fait toujours bien dans la conversation.

 

9. French Disease

On termine par le plus glamour, à savoir le « french disease » ou charmant petit nom de la Syphilis. Apparue en Europe à la fin du XVème siècle, personne ne veut vraiment en revendiquer l’origine, allez savoir pourquoi. Bon, pour rétablir l'équilibre, il faut savoir qu’en français, on dit aussi le « mal des Anglais » – juste retour d’ascenseur...

 

Bon, et bien sur cette petite mise au point,on file à l’anglaise (à l’inverse des Anglais qui utilisent l’expression « to take French leave ») et on se donne rendez-vous sur la « French Riviera » (notre belle Côte d’Azur) !

 

Agnès Denoël

Responsable éditoriale FemmExpat

 

bouton Abonnement NL FXP- 350x150

FemmExpat vous recommande de lire aussi:

La Française, idéal féminin à l'étranger

Douce France, me voilà !

"Emily in Paris" ranime le débat des clichés

Haro sur les clichés !

L’expatriation, lieu de tous les clichés de genre


ABONNEZ-VOUS À NOTRE NEWSLETTER

Femmexpat Conférences en ligne

Nos derniers articles !