Connexion en tant que membre

Culture Entrepreneuriat Club des Blogueuses Club Entreprendre Club Lecture

Ecrire un livre en expatriation


Ecrire-un-livre-en-expat-UNE femmexpat 559x520Ecrire un livre, cela vous taraude depuis plusieurs années. "Faire un enfant, planter un arbre et écrire un livre" dit même le dicton. Mais voilà,  prise par le tourbillon de la vie et ses atermoiements, vous n’êtes jamais passée à l’acte.

Et si l’expatriation était l’occasion de réaliser ce rêve ? Voici un guide précieux et complet sur l'écriture d'un livre en expatriation. 

 

 

L'expatriation, un moment idéal ?

Vivre à l’étranger renforce la créativité mais aussi la curiosité. On a généralement soif d’apprendre et notre esprit est ouvert à la nouveauté et à la différence. Sans vraiment s’en rendre compte, on absorbe des informations et des situations que l’on pourra exploiter dans un futur projet rédactionnel. Mais pas seulement. Voici 6 bonnes raisons de vouloir se mettre sérieusement à l’écriture en expatriation.

1.       Du temps pour soi

En expatriation, on a souvent beaucoup de temps pour soi (une fois les premiers mois d’installation passés). Cela tombe bien car pour écrire et mener à bien un projet rédactionnel, il en faut souvent beaucoup. En effet, écrire nécessite une certaine discipline, une pratique régulière et donc la mise en place d’une organisation. Et puis, un écrivain ne fait pas qu’écrire : il lit, sort, se promène, se crée un réseau, observe son nouvel environnement car tout est source d’inspiration !

 2.      Écrire pour se donner un objectif

Avoir un projet rédactionnel en expatriation (blog, rédactions d’articles, projet de livre) donne un objectif sur le moyen terme, ce qui est extrêmement structurant et rassurant quand, du jour au lendemain, on ne sait plus vraiment quoi faire de ses journées (voire de sa vie) parce que l’on a suivi son conjoint à l’étranger.

3.      Développer de nouvelles compétences en écrivant

Écrire dans un tel contexte va vous permettre certes de développer vos compétences en communication mais aussi bien d’autres qui vous seront utiles tout au long de votre vie personnelle et professionnelle comme l’observation, l’analyse et l’empathie.

4.      Écrire pour rester active intellectuellement

Écrire en tenant un journal ou un blog ou bien en se lançant dans la rédaction d’un livre permet de rester active et dynamique intellectuellement. Très souvent, on profite de l’expatriation pour se mettre plus sérieusement au sport. Et c’est très bien. Mais notre cerveau aussi à besoin d’être stimulé pour rester en forme : écrire régulièrement, c’est donc s’assurer une vitalité intellectuelle sur le long terme.

 5.      Écrire pour garder une trace

Écrire, c’est aussi garder une trace de cette expérience unique qu’est l’expatriation, non seulement pour vous mais aussi pour votre entourage proche (conjoint et enfants). Tenir un blog permet cela. Et d’un blog à un livre, il n’y a qu’un pas à franchir !

6.      Écrire pour se sentir bien émotionnellement

Enfin, l’écriture est un formidable outil thérapeutique. Mettre des mots sur des maux peut réellement aider à passer certaines transitions de vie. L’expatriation en étant une, l’écriture est un remède simple et utile au quotidien quand on vit à l’étranger.

Quel genre de livre écrire en expatriation ?

Ici, nous rentrons dans le vif du sujet !

Pour cela, prenez une très grande feuille de papier et notez comme elles viennent toutes les réponses aux questions suivantes : Qui ? Quoi ? Où ? Quand ? Comment ? Pourquoi ? Tout en gardant à l’esprit que le sujet central et commun à toutes ces questions, c’est vous !

À l’aune de ce travail, des thématiques qui reflètent votre parcours, votre personnalité mais aussi votre expertise doivent émerger. Vous avez là l’embryon de votre projet de livre, voire même de plusieurs. Demandez-vous laquelle est la plus importante à vos yeux. Pour cela faites appel à vos valeurs, à vos envies profondes, à vos rêves d’enfant. Faites-vous plaisir !

Une fois ce travail d’introspection fait, je suis certaine que le genre de livre que vous voulez écrire va ressortir d’une manière ou d’une autre dans vos thématiques d’écriture. Elle est même peut-être de partout sur votre feuille ! Elle est - j’en suis certaine - le fil directeur de  votre travail sur vous-même.

Choisir son style

Pour vous donner une vision très concrète de la diversité des livres que l’on peut écrire en expatriation, voici une liste non exhaustive réalisée en fonction de profils dans lesquels vous vous reconnaitrez peut-être et qui parfois se rejoignent. Vous êtes déjà sans doute...

  • blogueuse

Vous avez un blog, et si vous en faisiez un livre ? C’est ainsi que j’ai écrit et publié mon premier ouvrage Finding Your Feet in Chicago. Tous les sujets sont envisageables.

  • entrepreneure 

Grâce ou à cause de votre expatriation, vous être devenue solo-preneure, web-entrepreneure ou expatentrepreneure. Pour résumer, vous vous êtes réinventée afin de continuer votre activité. Et si vous partagiez votre expérience dans un livre ? Mieux, si vous faisiez part de vos pratiques professionnelles dans un tel contexte pour valoriser votre expertise et renforcer la visibilité de votre entreprise ?

  • artiste

L'expatriation a révélé votre créativité. Vous êtes peintre, photographe, illustratrice, créatrice de bijoux, etc. Mettez en valeur vos créations avec de beaux textes pour en révéler l’histoire ou tout simplement le processus créatif.

  • super maman 

Vous êtes passée par toutes les étapes de la parentalité en expatriation ou bien vous savez tout sur un aspect de l’éducation des enfants dans un pays en particulier. Partagez vos connaissances et votre expertise sur la question, vous ferez des heureux, je vous le garantie.

  • globe trotteuse

Non seulement vous êtes expatriée mais en plus vous avez développé un goût du voyage intarissable. Vous connaissez votre pays d’accueil voire même sa zone géographique comme le fond de votre poche, et si vous écriviez un guide sur le sujet ?

  • gourmande

Votre truc c’est la gastronomie et dès que vous arrivez dans un nouveau pays, vous devenez l’experte en cuisine locale. Vous savez tout sur la culture alimentaire de votre pays d’accueil, voire même celle de plusieurs. Vous avez compilé, testé, élaboré depuis des années des recettes du monde entier. Vous attendez quoi pour les partager dans un beau livre ?

  • tout simplement une amoureuse des mots, une rêveuse, une raconteuse d’histoire.

Depuis longtemps vous avez envie d’écrire un roman, des histoires pour les enfants ou tout simplement votre vie parce qu’elle est à la fois unique et universelle. Racontez. Racontez tout cela dans un livre. Cela vous fera un bien fou et à nous aussi, d’ailleurs !

Ecrire un livre : un projet professionnel aussi !

Mais écrire un livre peut aussi, en plus du projet strictement personnel, se doubler d’une dimension professionnelle qui valorisera un séjour à l’étranger.

Pour écrire un livre, il faut avoir une idée, faire des recherches et des interviews, mettre en place un plan pour écrire le projet mais aussi un plan d’actions pour le publier et ensuite qu’il trouve son public, autrement dit le promouvoir.

Écrire, relire et réécrire ne sont qu’une partie du travail d’auteur. Finalement, écrire un livre s’apparente beaucoup à faire de la gestion de projet sur le moyen long terme, vous ne trouvez pas ?

Ecriture et développement de compétences

  • développer des savoir-faire en communication (écrite et orale), en marketing, en webmarketing, etc.
  • renforcer des savoir-être acquis de longue date grâce à l’expatriation : écoute, patience, observation, flexibilité, etc.

Autant de compétences transposables dans le monde du travail si vous souhaitez travailler à l’étranger ou retravailler lors de votre retour en France.

De plus, votre livre sera une preuve tangible de votre dynamisme à l’étranger.

La solitude de l’écrivain expatrié : 5 conseils pour la rompre

Voici un inconvénient majeur à l’activité d’auteur dans un contexte d’expatriation ou de multi-expatriations. Car écrire est une activité solitaire par excellence.

Alors si vous souhaitez vous engager dans un projet rédactionnel quel que soit le genre, mieux vaut prendre les devants et créer un environnement positif et motivant qui suscitera la créativité, l’émulation et l’envie de poursuivre quoiqu’il advienne. Voici cinq solutions concrètes pour rompre le cercle vicieux de la solitude de l’écrivain expatrié.

1. S’inscrire à un atelier d’écriture

En fonction de votre pays de résidence, vous ne trouverez pas chaussure à votre pied car ce ne sera pas forcément le jour ou l’heure qui vous conviendra, ou bien tout simplement dans une langue qui n’est pas votre langue maternelle. Testez tout de même car vous y rencontrerez des personnes qui ont les mêmes centres d’intérêts et objectifs que vous.

La meilleure solution reste l’atelier d’écriture à distance.

Les avantages de ces ateliers sont nombreux :

  • Un cadre de travail : cela vous donnera une routine personnelle dans le contexte parfois chaotique des premiers mois d’une expatriation.
  • La création d'un réseau : en vous inscrivant à un atelier d’écriture à distance en groupe, vous allez rencontrer virtuellement d’autres personnes qui partagent avec vous une envie, celle d’écrire.
  • La pratique de sa langue maternelle à l’écrit - Pour celles qui habitent à l’étranger depuis de longues années, les ateliers d’écriture à distance sont l’occasion de renouer avec sa langue maternelle et notamment la pratique écrite de celle-ci. A l’inverse, si vous venez d’arriver à l’étranger, les ateliers d’écriture proposés localement le seront certainement dans une langue que vous ne maîtrisez pas suffisamment pour vous exprimer par écrit.
  • Mieux gérer son temps de travail créatif - Un atelier d’écriture à distance élimine les contraintes logistiques liés aux déplacements qui font perdre du temps et de l’argent. Un atelier par e-mail permet d’utiliser les temps de déplacements pour écrire dans le confort de son domicile.

En résumé, un atelier d’écriture à distance permet d’avoir autant d’information, d’échanges et d’écoute qu’un atelier en présentiel. En effet, entre l’envoi des propositions d’écriture, chaque participant peut poser ses questions à l’animatrice ou aux autres participants. Les ateliers d’écriture à distance sont flexibles. On peut les faire en groupe mais aussi en individuel si c’est le souhait d’un écrivant.

Dans tous les cas, vous rencontrerez des personnes passionnées et motivées par l’écriture et l’envie de se perfectionner dans cet art. Une fois l’atelier terminé, vous pouvez continuer à collaborer avec un ou plusieurs participants avec qui vous avez des affinités.

2. Créer un café écriture

Basé sur le modèle des cafés littéraires ou cafés philo, le principe est simple : on se rencontre dans un café, on s’installe à une grande table, on commande un café ou tout autre boisson de son choix, on discute, on sort son carnet de notes ou son ordinateur, puis l’organisatrice fait une proposition d’écriture. Les participants ont trente minutes pour écrire leur texte, puis en lire le résultat s’ils le souhaitent. Le tout se passe dans une ambiance conviviale et bienveillante. En général, on en ressort boosté et motivé pour la journée, voire plus.

3. Trouver un partenaire d’écriture

L’inscription à un atelier d’écriture ou la participation à un café écriture permettent de trouver ce genre de partenaire. Par la suite, il suffit dans le cadre de vos projets respectifs de continuer à partager, à échanger, à produire et à se motiver l’un(e) et l’autre pour être dans une démarche constructive. Avoir un binôme d’écriture ne signifie pas forcément de travailler ensemble sur un même projet mais plutôt ensemble chacun sur son projet. Avec les nouvelles technologies, il n’est pas forcément nécessaire de vivre dans la même ville pour mettre en place ce genre d’organisation. Skype, FaceTime et compagnie nous facilite la tache !

4. Solliciter les services d’un coach en écriture

Si vous ne trouvez pas la personne idéale, vous pouvez avoir recours à un coach en écriture professionnel, qui vous accompagnera et vous donnera des conseils et des techniques pour mener à bien votre projet tout en vous donnant des avis constructifs.

5. S’inscrire à un club de lecture

Le pendant de l’écriture, c’est la lecture. Par conséquent, vous rendre régulièrement à un club de lecture vous permettra de découvrir de nouveaux auteurs et leurs univers mais aussi de nouveaux  et grands lecteurs, qui peut-être écrivent eux-aussi de leur côté !

Par leur biais, vous découvrirez sans doute d’autres lieux et événements dédiés à la lecture et à l’écriture (événements littéraires, salons du livre, rencontre d’auteurs) dans votre pays et ville de résidence. C’est aussi un moyen efficace de rencontrer des gens avec qui vous serez sur la même longueur d’ondes et donc de créer un état d’esprit positif pour vous, auteur expatrié.

Enfin, ne négligez pas les réseaux sociaux (blogs, Facebook, Instagram, Twitter, etc.) qui peuvent être sources de soutien d’abord virtuel mais de fil en aiguille très réel !

veronique-Martin-place-photo-RONDVéronique Martin-Place a été expatriée au long cours. Elle vit désormais en France et travaille dans l’enseignement supérieur. Elle écrit des livres dont les thèmes sont variés mais permettent toujours de voyager et de découvrir le monde. Pour en savoir plus, consultez son site internet : www.writerforever.com

- "Paroles de mères expatriées - Des récits pluriels sur la parentalité" nomade est disponible en version brochée et en ebook sur tous les sites d’Amazon.

-  Lire aussi ici les articles que nous lui avons consacré :

bouton Abonnement NL FXP- 350x150

Sans oublier de lire aussi :

Pourquoi tenir un journal personnel en expatriation ?

Pourquoi créer et tenir un blog en expatriation ?


ABONNEZ-VOUS À NOTRE NEWSLETTER

Évènements à venir

Femmexpat Conférences en ligne