Connexion en tant que membre

Amérique du sud Chili Ma destination

Expat à Santiago du Chili


santiago-du-chiliAprès une expatriation réussie d'un an à Bogota (Colombie) nous avons souhaité renouveler l'expérience en Amérique du Sud. L'entreprise où travaille mon mari ayant une antenne Santiago nous avons accepté d'y aller.

Le contrat avait une durée de 2 ans + 1 an en option et devait être suffisamment attractif étant donné que le coût de la vie au Chili est équivalent au coût de la vie en France. Il était important pour nous de pouvoir vivre près du lieu de travail de mon mari dans un appartement suffisamment grand pour une famille de 4 . Nous souhaitions également vivre près d'une station de métro car nous n'aurions pas de véhicule, près d'espaces verts et de commodités diverses pour les enfants. Nous voulions aussi une bonne couverture santé, que je ne perde pas mes points "retraite" en l'accompagnant et l'éducation gratuite pour les enfants.

Avant le départ nous craignions la réaction de notre fils de 4 ans qui allait vivre dans un pays où on ne parlait pas la même langue, qui allait aussi s'éloigner de ses proches (famille, amis). Nous espérions nous adapter le plus facilement possible à la vie chilienne, aux difficultés que nous ne connaîtrions qu'une fois sur place. Nous espérions aussi que les affaires que nous recevrions n'arriveraient pas abîmées notamment ma machine à coudre. Nous ne savions pas à quoi nous attendre en ce qui concerne l'activité sismique très importante dans ce pays et finalement il y a un grand tremblement de terre tous les 25 ans. Régulièrement (tous les mois environ) on ressent une secousse à peine perceptible.

Une fois arrivée, je me suis sentie presque tout de suite chez moi
car je reconnaissais le "cadre" : une ville très étendue au pied de la cordillère des Andes et plein de gratte-ciels. Le changement de température était surprenant car nous sommes arrivés en août où il faisait très chaud en France et c'était le plein hiver au Chili ( hémisphère sud).

Nous sommes allés directement chez nous car mon mari avait pu choisir un appartement à louer avant notre arrivée afin d'éviter de passer une longue période dans un appart hôtel avec les enfants. C'est un vrai plus car l'hôtel avec des enfants, bien qu'appart hôtel est vraiment éprouvant.

L'appartement était parfait mais malheureusement situé dans le quartier "nueva Las Condes" qui est en pleine construction et donc très bruyant. Les immeubles y poussent comme des champignons et il y a beaucoup de circulation. Toutefois nous étions à côté d'un grand parc ce qui était confortable pour les enfants.

J'ai été surprise de la différence entre les chiliens et les colombiens. Les chiliens sont très occidentalisés en apparence mais gardent un caractère latin qu'ils n'acceptent pas vraiment d'ailleurs. Ils se sentent plus "développés" que ceux qu'ils appellent les latinos (du nord de l'Amérique latine) mais pour l'état d'esprit, des valeurs, les façons d'intéragir avec les gens, il y a beaucoup de ressemblances. Les différences de savoir vivre sont nombreuses avec la France et l'Europe en général, on peut avoir l'impression que c'est "la jungle" dans les lieux publiques (magasins, administrations, transports publics,  même dans la rue)où c'est le plus effronté qui a raison.

Ce qui était très particulier au départ a été le changement d'hémisphère. De juin à août, les températures se rafraîchissent nettement tandis que de novembre à avril, c'est en tenue d'été que nous sommes tous les jours. Cela fait perdre le fil de l'année et les repères temporels associés : en France il y a la rentrée, ensuite Noël, puis les jours rallongent, le printemps arrive et enfin les grandes vacances. Au Chili en septembre les jours rallongent, il se met à faire chaud, c'est Noël en T shirt puis les grandes vacances en janvier et février, la rentrée debut mars puis l'hiver arrive.

Le climat est très agréable, c'est un point fort de Santiago du Chili. L'été dure longtemps (5 mois environ) et est chaud sans être étouffant avec des nuits fraîches. L'air est très sec. L'hiver est frais sans être trop froid : des vêtements de demie saison suffisent. Il pleut très rarement.  Toutefois la ville est très polluée car étant située dans une cuvette, les gaz d'échappement ne sont pas balayés par le vent et cela peut occasionner pas mal de maladies en particulier pour les bébés asthmatiques notamment en juillet et août. Nous avons du y faire face avec ma fille de 10 mois qui a enchaîné les bronchiolites pendants 3 mois jusqu'à ce qu'on décide de l'enlever définitivement de la crêche.

Les bonnes infos :

- Il y a beaucoup de quartier où la vie est agréable à Santiago. Vitacura, La dehesa, Lo Barnechea et Las Condes sont les comunes/arrondissements de banlieues huppées et on peut y trouver facilement une grande maison. Egalement Ñuñoa, La Reina et Providencia sont très agréables tout en étant moins cher. Providencia a une partie centre ville commerçante très agréable quand on veut changer des centres commerciaux. Si c'était à refaire, je chercherais un appartement/une maison à Providencia.

Il y a pas mal de transports publics (bus et métro) qui fonctionnent bien mais il faut savoir que le métro est surchargé, bien plus que le métro parisien. Par chance, il fonctionne bien mieux que le métro de Paris. Concernant les bus, vaut mieux avoir une carte de la ville car les grandes avenues parcourues sont indiquées sur un panneau à l'avant du bus. Bien sûr il est conseillé de demander aux chauffeurs comment s'orienter. D'ailleurs il vaut mieux demander des informations quel que soit le type d'information recherché, cela fait partie de la culture locale. Il faut aussi savoir qu'il y a beaucoup de vols à Santiago et en particulier dans les tranports en commun, il est donc recommandé de toujours garder son sac a main devant soi et bien fermé.
Pendant les heures pleines (arrivée et sortie de bureau), la circulation est dense à Santiago. Les transports en commun sont également surchargés comme pendant une grève de la RATP  à ces horaires-là tous les jours de la semaine. Ce n'est pas facile de stationner. Certains français trouvent qu' il est préférable d'avoir un GPS. Il faut savoir que si l'on décide de conduire, après 3 mois de vie au Chili il faut repasser son permis de conduire car il n'y a pas de réciprocité avec la France. En tant que piéton je trouve que les chiliens conduisent comme à Paris, plus ou moins prudemment mais sans comparaison avec d'autres pays où la conduite est plus "sportive" comme en Colombie ou au Maroc.

En ce qui concerne l'alimentation, on trouve pratiquement tout ce qu'il y a en France  (viande, légumes, fruits, produits laitiers, produits céréaliers). Cela est certainement dû au fait que depuis toujours le Chili est une terre d'accueil pour immigrés européens. Les produits absents étaient : le fromage blanc et les petits suisse. Les aliments bio sont arrivés depuis peu et ne sont pas abondants. Il y a beaucoup de supermarchés et depuis peu on peut faire ses courses sur internet et se les faire livrer Les chiliens mangent à l'américaine, beaucoup de plats tout préparés, beaucoup de sodas, l'équilibre alimentaire et le "manger sain" n'est pas une priorité pour eux à moins qu'ils n'en aient pas les moyens.

Le rythme scolaire chilien est particulier. Chaque école a son propre rythme sien et il peut être différent de l'école voisine. Au lycée Français les enfants n'ont école que jusqu'à 13h de la maternelle jusqu'à 7 ou 8 ans.. Les enfants ont une collation le matin et rentrent déjeuner à la maison, il n'y a donc pas de cantine pour les plus petits. Il existe un ramassage scolaire dès la petite section. Ce service est efficace est soigné, les enfants sont bien encadrés, les plus petits sont amenés jusqu'à la salle de classe. Les activités effectuées en classe sont les mêmes que celles effectuées en France. Les objectifs à atteindre chaque année sont équivalents. L'école ne propose pas d'activités extra scolaires pour les plus petits.

Pour cette raison employer une "nana" - employée de maison en chilien-, peut aider pour garder les enfants l'après midi. Cette pratique est très répandu au Chili. L'employée peut être à demeure ou vivre  à l'extérieur. Elle peut travailler à mi temps. Elle peut aider énormément à la maison : garde des enfants, sorties au parc, ménage, repassage, lessive, préparation des repas etc... Tout dépend du temps de travail et du salaire attribué. Il est fortement recommandé de déclarer son employée pour éviter toute complication juridique. On trouve une nana de qualité grâce au bouche à oreilles.

Les loisirs
Le week end lorsqu'on vit à Santiago il est très facile d'aller à la mer ou faire du ski suivant la saison. Il y a quelques librairies françaises pour lire des livres en Français. Il y a énormément de très bons restaurants à Santiago, j'ai l'impression qu'il y en a plus qu'à Paris. Il y a de grandes chaines de cinéma qui proposent surtout des gros succès américains. Mais il y a aussi quelques cinéma d'art et essai, il faut les chercher... Lorsque les enfants sont inscrits au lycée Français, il y a de fortes chances pour que les week end soient chargés en anniversaires d'enfant. Cet évènement est particulier et il vaut mieux être prévenus de la "marche à suivre" avant d'organiser celui de son enfant. Par exemple il est normal d'inviter la classe entière accompagnée des parents et des frères et sœurs des copains de classe de l'enfant...

Côté touristique le Chili regorge de propositions, en particulier autour de la nature (baignades en bord de mer, trekking, randonnées, observation des étoiles, de la faune). Les vacances sont à chaque fois inoubliables.

A Santiago on trouve beaucoup de français venus pour s'expatrier à plus ou moins long terme. L'association Santiago accueil est très développée et  d'une grande aide pou s'installer et sortir de l'isolement. Ce n'est pas la seule association de Français à Santiago.

Pour conclure je dirai que l'expatriation à Santiago est facile car pas trop dépaysante. C'est idéal pour une première expatriation ou pour une expatriation en famille. J'en garderai un bon souvenir.

Hélène
Hiver 2014

 

Femmexpat vous conseille de lire :

Santiago Accueil

CHILI : A connaître avant de partir

SANTIAGO : les bonnes adresses

SANTIAGO : à savoir avant de Partir


INSCRIVEZ-VOUS GRATUITEMENT À NOTRE NEWSLETTER

ACCÉDEZ GRATUITEMENT À NOS CONFERENCES ONLINE

Nos derniers articles !