Connexion en tant que membre

Les billets d'humeur Ma vie en expatriation Vie d'expat

La Recette du Bonheur…


La Recette du Bonheur…La recette du bonheur ? Un petit texte plein de fantaisie et de saveurs à lire en se léchant les doigts, le sourire au coin des lèvres. Parce que l'expat avec Ratatouille, Semoule et leurs deux petites Nouilles, c'est beau comme un plat mijoté.

Cuisine chinoise

Un beau matin de mars 2011, Ratatouille et Semoule, métissage de saveurs, décidèrent de partir explorer d’autres parfums, d’autres tours de mains, ouverts au nouveau Monde : celui de la cuisine chinoise !

C’est accompagnés de leur petite Nouille, fraîchement sortie de son œuf, qu’ils embarquèrent cinq mois plus tard, à bord d’un engin à réaction depuis lequel ils s’inventèrent, à travers les hublots, au détour de chaque « perle de lait », des histoires de raviolis Pékinois, de pain Tradition décliné  « à la mode du Bambou », ou encore des recettes illustrées d’idéos pesés au gramme près, leur indiquant la dose de bon goût préconisée pour se fondre au mieux dans la masse… Bien entendu, le chemin n’était pas tout tracé.

Ils ne voleraient bientôt plus en pilotage automatique, et devraient se laisser guider et adapter leur mode de cuisson aux ingrédients locaux.

Force est de constater que la mayonnaise prit rapidement ! Dix mois après avoir posé le pied en terre inconnue, voilà que notre duo méditerranéen  affiche à sa carte une seconde Étoile au Guide Michelin : une deuxième Nouille d’amour.

Le foyer diffusait sous ce faitout une chaleur douce. Chacun caramélisait à son rythme, s’adaptait aux épices du coin, savourait l’association des saveurs Père-Mère. Les éléments les plus mûrs avaient épluché et filtré au chinois les raisons de leur exode.

Ratatouille se délectait de chaque instant passé en compagnie de ses fées qu’eut  l’an 2011 réunies à ses côtés. Elle en rêvait, quand elle était en France ! Détremper davantage dans une bassine commune. Faire une pause dans sa vie pro. Et voir grandir la chair de sa chair… Elle était ferme à ce sujet. Et chacun savait que Ratatouille donnerait à son quotidien la touche de couleur et de réconfort dont elle avait besoin.

Semoule, quant à lui, affinait son grain. Il prenait de la hauteur, de la légèreté. En quelques semaines, il avait allié, dans son couscoussier, grains de riz initialement méfiants et farine de blé au départ conquérante, dans une ambiance orientale à la frontière d’un nouveau monde.

Enfin, Nouille et Nouille tricotaient leurs « fils de soi » sur cette toile qui était la leur. Elles sautaient, rissolaient, s’allongeaient dans l’herbe, riant aux éclats à la vue des cerfs-volants qui arpentaient le ciel. Elles maîtrisaient les langues : celle de Molière, de Shakespeare et de Li Bai.

Vous l’aurez compris, cette expérience vit naître des délices, sublimant chaque instant de leur vie d’une part d’insouciance, attisant leur curiosité, les invitant à se recentrer sur leur noyau central : l’harmonie de leur foyer.

Et puis, et puis…

Le minuteur a retenti.

Le sablier avait fini de s’écouler. Nouilles, Semoule et Ratatouille ne remettraient pas le couvert. Ils s’en retourneraient en France, ne sachant pas réellement à quelle sauce ils seraient mangés.

Après s’être installés dans leur nouvelle auberge  « in France », Ratatouille resta  quelques mois Femme au foyer, s’assurant que ses mets les plus fins mijotaient à feu doux dans la marmite, les emmenant à l’école le matin, s’empressant de les récupérer à 16H pour les faire « goutter », de leur faire réciter leurs leçons, de les baigner à 18H, de les faire souper vers 19H, pour assurer un coucher vers 20H.

N’était-ce pas cela le rythme idéal, propice à la bonne humeur, à la forme, à l’équilibre familial ?

Inévitablement… Inévitablement est arrivé ce qui était indiqué sous la ligne 28 de la Recette du Bonheur….

Ratatouille le savait. Le jour de la récolte était là, devant elle. Il lui fallait reprendre le chemin du travail. Bien que sentant ses fanes se faner devant ses fans affolées par ce fanfaron qui leur prenait leur mère, Ratatouille avait mis les pieds dans le plat… Et la « vraie vie », c’était cela.

Elle dut patienter quelques semaines avant de reprendre son poste. Et bien que compatible avec tous feux, elle dut faire preuve d’induction pour comprendre l’origine de cette attente. Derrière la vitre de son PC, ses collègues la craignaient… « Oh mon Dieu, mais si après quatre années passées à l’étranger… elle avait changé ?».

Ratatouille était effarée par ce qu’elle entendait. « Nom d’une courge ! » Elle ne pensait pas tomber sur ce genre de pépin ! Elle n’aurait jamais imaginé qu’après avoir mis les gaz vers la France pour un nouveau départ, on lui clouerait ainsi le bec ! Elle se sentait trahie, incomprise, gratinée. Il lui semblât alors évident qu’Expatriation résonnait avec  Disparition. Mais connaissaient-ils  au moins le mot « résurrection » ?

La cocotte-minute était en alerte… 

Nouille et Nouille accusaient le coup… La recette avait changé. A la Une, on pouvait lire :

Ingrédients : Deux nouilles, une ratatouille, de la semoule

Temps de préparation : 1H20, de 6H00 à 7H20

Temps de cuisson : 11H30, de 7H30 à 19H00

Temps de repos : 2H00, de 19H00 à 21h00

Plus Ratatouille lisait la recette, moins elle ne pouvait s’empêcher de penser que les deux dernières lignes étaient inversées. Dans le bon sens, elle se régalerait à coups sûrs d’un mi-cuit fondant. Mais en l’état, ça sentait le roussi !

Ses petites nouilles ne résisteraient pas longtemps à cette cueillette industrielle.

« Comment ? » « Qu’entends-je ? » 

« Que c’est le lot quotidien de chaque botte d’asperges, de chaque bouquet de persil, de ciboulette, de cerfeuil ! Chacun pointant le nez vers le haut, tentant de résister aux bourrasques du mieux qu’il le peut? »…

Quelle dure loi de la Nature !

Libre de choisir sa voie

A cela, Ratatouille s’empresserait de répondre que sans l’ami dont elle s’est faite Accompagnement, elle n’aurait eu la chance de s’exporter sur ce marché des remises en question que fut la Chine.

Beaucoup leur ont déconseillé de vivre cette aventure, incapables eux-mêmes d’entreprendre la même démarche, tant elle  implique de laisser derrière soi les siens, ses repères, ses racines, une certaine sécurité, son train-train quotidien.

A cela Ratatouille et Semoule répondraient que chacun est libre de choisir sa voie, libre de porter haut sa voix, et de tracer, pour son foyer, un menu à la carte, digne de la plus haute gastronomie.

Aussi, que vous soyez de confession Cuisine traditionnelle, régionale, ou moléculaire, faites-vous plaisir ! Testez chacun des plats qui vous sont proposés, et écoutez vos papilles.

Là se trouve peut-être La Recette du Bonheur !

Plume

FemmExpat vous conseille de lire aussi :

 En 30 points, pourquoi partir en expatriation, vraiment, c’est sans intérêt

Les 10 commandements de la mère d’enfants expats

Vie d’expat, tourbillon de la vie et grand décalage


INSCRIVEZ-VOUS GRATUITEMENT À NOTRE NEWSLETTER

ACCÉDEZ GRATUITEMENT À NOS FACEBOOK LIVE

VOTRE PROTECTION SOCIALE AVEC LA logo CFE

Nos derniers articles !