Connexion en tant que membre

Bien-être Les billets d'humeur Ma vie en expatriation Vie perso

Les kilos d’expat… et le French paradoxe


balance-kilos-HPEn expat, entre le coffe-morning diurne et la vie sociale nocturne, on se capitonne le nombril et les hanches tranquillement.

 

Vu par Ana, de La Haye :

Je suis arrivée aux Pays-Bas assez sereine...oui, ce n’est pas la gastronomie néerlandaise qui va me faire grossir, c’est évident.

Oui, j’allais rompre avec les vitrines alléchantes des pâtissiers, le pain craquant des boulangers.
Aucune inquiétude.

Et puis aux Pays-Bas, on fait du vélo, des kilomètres en vélo, du vélo sous la pluie, du vélo dans le vent, du vélo. Bref, j’imaginais mon corps parfait dans un parfait maillot, au mois de juin je serai PARFAITE en disant "c’est facile, aux Pays Bas, on ne peut pas grossir", "les kilos d’expat ? je ne connais pas".

Rapidement sont venus les premiers cafés. Bien ! Un café : c’est zéro calorie ! Donc les premiers cafés, avec les premiers spéculos, avec les premiers cannelés de Sylvie, les meringues de Virginie et...les financiers de Sabine.

Puis les premières invitations, délicieux repas, avec du pain, du vin, merveilleuse entrée, fameux plat principal et succulent dessert.. "il en reste ? Je reprendrai bien...de tout !"

Ensuite, les journées à la maison... je suis là, tiens, je suis dans ma cuisine oh ! Qu’est ce qu’il y a là ? Dans le frigo ? "Mm...c ’est du gouda !"

Enfin, les heures d’averses avec un froid qui rime avec...chocolat.
Je suis donc rentrée des Pays Bas pas très sereine avec un look très madeleine.

J’avais gagné 5 kilos

 

* * *

 

Vu par Paquita, des îles :

J’ai repris les trois kilos que je n’avais pas perdus. Même si la relation de cause à effet reste un concept c’est sans doute parce que:

  • le thon, c’est bon et le lait de coco qui va avec c’est encore meilleur.
  • quand le vin est tiré, il faut le boire et le régime de bananes, quand il est coupé il faut le manger.
  • lorsqu'il fait trop chaud dehors, il faut rafraîchir le dedans avec de l’ice cream.
  • qu'on transpire...ou pas...il faut boire beaucoup de boissons avec des bulles qui font rire...ou pas.
  • si on veut être une "socialite" des îles, il faut faire beaucoup de bringues et se charger en calories pour attendre le lever du soleil.
  • dans mon programme génétique je n’ai pas coché la case : "bimbo aux masses biceptiques et fessières béton" mais seulement masses.
  • aimer la vie, n’est pas martyriser/affamer son corps...

Et voilà comment le profil/face ressemble à un cupcake ascendant pudding.

* * *

 

Le French paradoxe

Je suis dans le bad complet, au bout du rouleau, on dit dans les milieux autorisés.

Retour des fêtes de la Nativité en France : trois chiffres sur la balance, moins quarante, je veux bien, mais ça reste beaucoup. Trop.

La faute au French paradoxe : La France-le-pays-où-on-ne-grossit-jamais. Des blagues de scientifiques de petite vertu, je dis. Quoi on s’en fout ? J’aimerais bien vous y voir : trois semaines de vacances en France c’est 1000X24 puissance infinie, en grammes, kilos, tonnes, je ne sais pas, je ne sais plus, je suis perdue.

À ma future ex-copine, j’ai dit au téléphone :

  • "Y a un farfadet qui a fait rétrécir toutes mes culottes quand j’étais en Sarkoland, en plus j’ai tout mon circuit gastrique à réparer".
  • Elle a dit : "Fais voir".
  • J’ai fait : "J’aurai pas dû."
  • "Ebé", elle a dit ma copine, la bouffonne, "ahouiaip, quand même...Clairement t’es plus Damidoïde que Katemossienne".

Elle a des lettres, faut pas croire, je vous l’ai déjà présentée, c’est celle qui est plus Audigier que Chanel, blonde option silicone. Vous la remettez ? Trop la classe.

  • "Oui, non, enfin, si, bon, me...", j’ai ponctué.
  • "Le poids et la taille c’est comme l’espace et le temps, relatif." Elle est franchement pas friendly de l’attitude. Trouve-je.
  • "Non là, je te dis, t’es partie sur un truc à finir en Bernadette Chirac". Elle dit. Avec un rire de hyène.
  • "Merci ma coke, t’es trop bonne", j’ai répondu en écopant mes mirettes.

J’ai pris gros sur moi, manière de dire, et de battre mon cœur s’est emballé.
Demain je fous sa race à Usain Bolt* et après-demain j’expose mon divin body retrouvé au soleil. Pour l’heure c’est un brin prématuré.

 

Les filles, je vous dis : des vacances de Noël en France on revient flasque, ruinée et blanche.

On n’a pas mérité ça rien que pour aller mettre le petit Jésus dans la crèche avec la famille. Merci le Christmas gift ! De rien.

La Boudine.

 

Femmexpat vous conseille de lire :

Good morning la France, good morning les capitons

La tribune de Corinne : Le blues de novembre

23 choses que nous devrions arrêter de faire

Je blogue, tu blogues... gare au blog !

La tribune de Corinne : L'adaptation ou quand "tout est au commencement"

 

bouton Abonnement NL FXP- 350x150


INSCRIVEZ-VOUS GRATUITEMENT À NOTRE NEWSLETTER

ACCÉDEZ GRATUITEMENT À NOS FACEBOOK LIVE

VOTRE PROTECTION SOCIALE AVEC LA logo CFE

Nos derniers articles !