Connexion en tant que membre

Les Enfants

Nos enfants perdent leur français ? Soyons confiants !


Apprentissage du français« N’est-il pas trop tard pour faire apprendre le français à mon enfant ? » « Mon enfant rejette le français, je continue ou pas ? » « Qu’y a-t-il de mieux pour mon enfant ? » Voici les questions qu’il m’arrive souvent d’entendre. Bien sûr, derrière ces questions, se cachent toutes nos inquiétudes de parent. Je vois aussi notre impuissance face à un enjeu tel que l’apprentissage du français. Car dans notre société, il est important de bien faire, de ne pas louper le coche, de réussir. Et si nous commencions par envisager les choses sous un autre angle.

 

S’inquiéter ne sert à rien

Il est normal d’être préoccupé par nos problèmes (d’apprentissage du français ou autre). Mais s’ils prennent trop de place, ils ont tendance à nous paralyser. Nous rentrons dans une spirale de « et si… » : « Et si mon enfant n’arrivait jamais à rattraper son retard en français ? » « Et si mon enfant n’arrivait pas à se faire des copains dans sa nouvelle école à cause ça ? » « Et si mon enfant ne réussissait pas dans la vie ? »… En projetant nos peurs du pire, nous ne réussissons qu’à nous mettre une pression que nous reportons sur notre entourage. Osons imaginer que nos enfants réussissent !

 

Se faire confiance

Vous rappelez-vous, quand votre enfant était bébé, et que l’on vous prodiguait toutes sortes de conseils ? « Il doit dormir sur le ventre ! » « Ah, non, sur le dos ! » « Non, il vaut mieux le caler et qu’il dorme sur le côté ! » Comment savoir ? Comment choisir ? Quelle est la meilleure solution ? Comment avez-vous vous-même réagi ?

Nous avons tous alors fait confiance à notre instinct de parents : cet instinct qui nous inspire, qui nous montre ce qui nous paraît le plus juste, qui nous permet d’avancer. Notre enfant est plus grand, les choix sont peut-être plus difficiles, mais notre instinct est toujours là.

 

Bon choix, mauvais choix ?

Connaissez-vous le conte zen du fermier qui avait un cheval blanc.

« Quelle chance d’avoir un aussi beau cheval ! » lui disent ses voisins.

« Chance ou malchance, qui peut le dire ? » répond le fermier.

Un jour le cheval s’enfuit.
« Quel malheur que vous n’ayez plus ce cheval ! » lui disent les voisins.
« Chance ou malchance, qui peut le dire ? » répond le fermier.

Quelques jours plus tard, le cheval revient avec une horde d’une dizaine de chevaux.

« Quelle chance, si votre cheval ne s’était pas enfui, il ne serait pas revenu avec tous ces chevaux ! » lui disent alors les voisins.

« Chance ou malchance, qui peut le dire ? » répond le fermier.

Le fils du fermier, en voulant dresser les chevaux sauvages, se casse la jambe.
« Quel dommage ! Si ces chevaux sauvages n’étaient pas venus avec votre cheval blanc, votre enfant serait encore sain et sauf ! »

« Chance ou malchance, qui peut le dire ? » répond le fermier.

La guerre éclate dans le pays, et tous les jeunes sont mobilisés, excepté le fils du fermier, exempté à cause de sa jambe brisée.

«  Quelle chance, finalement, que votre enfant ait eu cet accident ! » disent les voisins.

Vous devinez, n’est-ce pas, ce que répond le fermier…

Oui, il ne nous est pas possible de savoir si le choix que nous faisons aujourd’hui aura ou non les résultats escomptés. Autant donc choisir ce qui nous semble le mieux aujourd’hui et avoir confiance en l’avenir.

 

Que restera-t-il de nos inquiétudes dans 5 ans, 10 ans, 20 ans ? Le monde alors aura encore bien changé. Ne vaut-il pas mieux offrir à nos enfants, dès aujourd’hui, des moyens pour qu’ils puissent avoir les capacités de s’adapter ? Ne vaut-il pas mieux créer des moments doux et inoubliables, maintenant, autour du français pour aider notre enfant à mieux affronter cet avenir ? Ne vaut-il pas mieux aussi profiter tout simplement, nous aussi, parents, de ce moment présent et de le rendre le plus agréable possible ? Passons à l’action et faisons en sorte que l’apprentissage du français devienne plus qu’une simple leçon de grammaire ou d’orthographe, mais devienne aussi et surtout un souvenir tendre et impérissable.

 

cath-allibCatherine Allibert
Écrivain et accompagnatrice des enfants expatriés dans le monde de la langue française.
Son site : www.unehistoiredeninjasetdesamourais.com

Son programme « Un défi par jour » propose aux enfants de 7 à 12 ans des défis d’écriture pour apprendre le français par la pratique.

 

 

Découvrez d’autres articles du même auteur sur FemmExpat :

« Au secours ! Mon fils parle franglais ! » et autres inquiétudes de parents expatriés

Apprendre le français à son enfant : le traumatisme du stylo rouge

Dix pistes pour les enfants ayant adopté la langue locale

 


INSCRIVEZ-VOUS GRATUITEMENT À NOTRE NEWSLETTER

ACCÉDEZ GRATUITEMENT À NOS CONFERENCES ONLINE

Nos derniers articles !