Connexion en tant que membre

Fiche pratique Ma vie en expatriation

Quel est le rôle d’un député des Français de l’étranger ? Interview de Samantha Cazebonne


Quel-est-le-role-dun-depute-de-letranger-Samantha-Cazebonne-4 femmes, 7 hommes. Ils sont 11 et leur mission est de représenter les Français de l'étranger à l'Assemblée Nationale. Leur fonction a été créée par la réforme constitutionnelle de 2008.

Ils forment donc la seconde promotion de députés des Français de l'étranger. 

 

A quoi servent-ils ? 

Comme les autres députés, leur élection se fait au suffrage universel uninominal majoritaire à deux tours. Leurs 11 circonscriptions sont dessinés en fonction du nombre de Français inscrits sur les listes électorales. Cela conduit à une forte représentation des pays européens. La circonscription qui compte le plus d'électeurs est la 1ère (Etats-Unis et Canada avec environ 260 000 inscrits en 2017). A l'inverse, la 2ème (Mexique, Amérique Centrale et du Sud) en compte 100 000.

 

Pour en savoir plus, nous avons interrogé l'une des figures les plus en vue parmi eux, Samantha Cazebonne, députée de la 5ème circonscription (Espagne - Portugal - Andorre - Monaco) .

 

Quand on est député, on est élu de la Nation entière. Comment arbitrer entre représentation nationale et défense des intérêts des Français de l’étranger ?

Vous soulignez un paradoxe et posez une question aussi vieille que notre démocratie représentative. En effet, en France les députés sont élus au scrutin uninominal dans des circonscriptions territoriales mais la Constitution leur confère la fonction de représenter la Nation toute entière. Le tiraillement entre l’ancrage local de son électorat et la vocation nationale du député existe donc toujours. Cela est valable quelle que soit la circonscription d’élection, Français de l’étranger ou non.

La seule manière de répondre à ce dilemme de façon satisfaisante est de se poser sans cesse la question suivante : où se trouve l’intérêt général ? Mon rôle est de chercher cet intérêt général, et de rechercher la conciliation des intérêts des Français de l’étranger et du programme électoral sur lequel j’ai été élue avec cet intérêt général. En cas de conflit entre ces trois éléments, l’intérêt général doit primer. Par ailleurs, être à l’écoute des citoyens de la circonscription me permet bien évidemment de proposer des modifications législatives ou d’interpeller des ministres pour que, d’une problématique particulière, émerge une solution générale.

 

11 députés des Français de l'Etranger
©lepetitjournal.com -Les élus en 2017. Photo 9 : Madame Cazebonne

Quelles sont vos joies dans votre fonction au quotidien ?

Une grande satisfaction est de m’être vu confiée par le gouvernement une mission d’information sur le développement de l’enseignement français à l’étranger. Le but en est de soutenir l’objectif présidentiel de doubler les effectifs scolarisés en français dans le monde d’ici 2030. J’y suis très attachée. D'abord parce que je connais très bien le réseau d’établissements français à l’étranger. Mais aussi parce que je suis convaincue de son énorme potentiel, si tant est qu’on conduise les réformes nécessaires pour l’adapter aux défis du 21ème siècle. J'ai reçu de très nombreuses réactions d’optimisme à mon rapport, issues de l’ensemble des parties prenantes de cet enseignement français à l’étranger, ainsi que le soutien du gouvernement. Ces réactions constituent pour moi une source de satisfaction qui donne du sens à mon engagement ainsi qu’aux sacrifices personnels qu’il suppose.

Par ailleurs, les messages que nous recevons des personnes dont la situation vis-à-vis d’une administration s’est débloquée grâce à une intervention directe donnent également un autre sens à notre travail. Je pense principalement aux retraites et à la sécurité sociale, mais pas seulement.

Enfin quand, un samedi matin ou un jeudi dans la nuit, mes collègues parlementaires adoptent des amendements que j’ai déposés et défendus, cela compense largement les heures de sommeil perdues. Les amendements tels que le menu végétarien hebdomadaire dans les cantines ou l’éducation inclusive comme mission de l’AEFE en sont de bons exemples.

 

Et vos frustrations ?

Quant à mes frustrations, je pense qu’elles sont essentiellement le résultat de l’antiparlementarisme ambiant que véhicule l’image de députés qui se tournent les pouces, notamment en s’appuyant sur des statistiques qui ne reflètent en rien la réalité du travail d’une députée. D’ailleurs je vous invite à prendre connaissance de l’excellent rapport sur l’activité réelle des députés réalisé par Projet Arcadie.

D’autres frustrations proviennent du rythme inhérent aux transformations en profondeur : on aimerait parfois que les choses aillent plus vite dans leur application mais surtout dans leurs résultats. Certaines réformes, je pense aux 12 élèves par classe en CP-CE1 des quartiers défavorisés ou encore à la réforme de la formation continue, vont bouleverser des destins individuels et donc la société dans son ensemble mais nous ne le verrons que dans plusieurs années.

 

Quel bilan tirer de la réforme de 2012 qui créait les 11 députés des Français de l’étranger ? Faudrait-il la revoir aujourd’hui ?

La réforme est à mon sens positive. Pendant la première mandature 2012-2017, ces députés d’un type nouveau ont essuyé les plâtres, cherché leur place dans le dispositif de représentation nationale. Les députés des Français de l’étranger actuels ont réussi à démontrer leur nécessité et leur valeur ajoutée dans le débat parlementaire. Cependant il n’est jamais simple pour 11 députés de se faire entendre de leurs 577 collègues. Il s’agit également d’un interlocuteur politique supplémentaire pour les acteurs institutionnels et associatifs de la communauté française à l’étranger. Cela peut être particulièrement utile dans un certain nombre de situations. Par ailleurs, l’élection de ces 11 députés au scrutin nominal par circonscription les rend parfaitement complémentaires des 12 sénateurs des Français de l’étranger élus. Ces derniers sont quant à eux élus au scrutin de liste sur une circonscription mondiale unique.

Je suis donc extrêmement favorable au maintien des députés des Français de l’étranger dans la réforme institutionnelle qui se profile. Cependant je conçois difficilement que la réduction prévue du nombre total de parlementaires les épargne.

Pour moi, le vrai défi de la représentation politique de nos compatriotes de l’étranger se trouve dans le renforcement du rôle des élus consulaires. Ces derniers ont vocation à devenir de véritables élus locaux dotés de moyens et pouvoirs renforcés.

 

Qu’est-ce qui vous anime en tant que députée ?

Je me suis engagée en politique il y a deux ans maintenant. Je crois que les changements que nous souhaitons et attendons viendront avant tout de notre volonté et de nos propositions. Ce sont nos initiatives et notre détermination qui feront bouger les lignes de la politique.

Par ailleurs, ma famille m’a inculqué le goût de l’effort, l’esprit d’entreprendre, le respect des autres, des règles, de l’environnement, de la vie animale.  J'ai été éduquée dans des valeurs républicaines et de solidarité. C’est ce qui m’a guidée depuis toujours dans ma vie professionnelle et me guide encore aujourd’hui en tant que députée.

 

Quel bilan de votre action après 2 ans de mandat ?

Vous le savez ce début de mandat a été marqué par l’annulation de mon élection au début de l’année 2018. Ma réélection a suivi il y a un an quasi jour pour jour. Depuis cette date, j’ai consacré beaucoup de temps et d’énergie au rapport sur le développement de l’enseignement français à l’étranger. Le temps de la mission elle-même, bien sûr, avec de nombreuses auditions, une large consultation, et un travail d'analyse et de rédaction. Puis une implication pour faire vivre ce rapport, créer des temps d'échange entre toutes les parties prenantes pour un développement de qualité.

 J'ai également consacré beaucoup de temps aux demandes d’aide ou de soutien de nos concitoyens de la 5ème circonscription. Grâce aux nombreux courriers reçus, j'ai pu me rendre compte des défis que rencontrent nos concitoyens à l’étranger. J'ai pu contribuer à les résoudre à travers des interventions individuelles et des questions écrites interpellant différents ministres.

Le travail quotidien de mes collaborateurs parlementaires a permis de  débloquer de nombreuses situations de concitoyens. Les relations que nous nouons avec les pays de notre circonscription concourent également à cette action parlementaire que je défends au quotidien.

 

Quels sont vos projets pour la suite de votre mandat ?

Je suivrai bien évidemment la mise en œuvre des recommandations du rapport sur l’enseignement français à l’étranger (lire ici le rapport de Madame Cazebonne). A ce sujet, j’ouvrirai les portes de l’Assemblée comme je l’ai fait le 15 mars dernier à l’ensemble des acteurs du réseau. J'inviterai les élèves, anciens élèves, parents, équipes éducatives et institutions. Cela durant les trois années de mandat qu’il reste à cette législature.

Nous organiserons donc sept colloques en fonction des sept zones géographiques identifiées dans mon rapport. Cela permettra à chacun de s’impliquer et faire entendre, par ses interventions et contributions, son message. Nous favoriserons ainsi un développement concerté du réseau AEFE dans sa dimension actuelle ou élargie.

Je voudrais encore apporter une valeur ajoutée au travail de la majorité sur plusieurs sujets. Parmi eux, se trouvent l’école inclusive, la qualité de l'alimentation et ses impacts écologiques. Mais également la protection animale ainsi que les questions de société. Je suis consciente de ma responsabilité en tant que députée sur chacun de ces sujets.

Enfin, nous pouvons encore obtenir des avancées en matière de fiscalité et d’affaires consulaires. Le sujet est complexe mais nous sommes aussi là pour tirer des sonnettes d’alarme lorsque la situation devient critique. C’est aussi ce rôle que doit jouer un parlementaire et je compte bien le jouer pleinement.

 

 

Alix Carnot

Portrait Alix Carnot

 

Alix Carnot est Directrice Associée chez Expat Communication, l'éditeur de FemmExpat et Expat Value - Auteur de Chéri(e) on s'expatrie, guide de survie à l'usage des couples expatriés.

 

 

 

En savoir plus :

Site internet de Samantha Cazebonne

Actes du colloque - Développement de l'enseignement français à l'étranger - organisé le 15 mars 2019 à l'Assemblée Nationale

 

FemmExpat vous conseille également :

Un bout de France partout dans le monde

Qui sont nos élus locaux à l'étranger ? Les conseillers consulaires et l'AFE 

A quoi sert un sénateur de l'étranger ? Réponse en 7 points

Le consulat : ma nouvelle mairie en expatriation

 

bouton Abonnement NL FXP- 350x150


INSCRIVEZ-VOUS GRATUITEMENT À NOTRE NEWSLETTER

Prochains événements

  1. 02/11 – Café Retour d’Expat (en présentiel)

    novembre 2 @ 9 h 00 min - 10 h 30 min UTC+1
  2. 04/11- Conférence Online Etudes Post Bac Amérique du Nord

    novembre 4 @ 16 h 00 min - 17 h 00 min UTC+1
  3. Conférence Online : Commencer des études internationales en 2021, avec le Bachelor de ESCP

    novembre 5 @ 14 h 00 min - 15 h 00 min UTC+1
  4. 02/12- Conférence Online Etudes Post Bac France

    décembre 2 @ 16 h 00 min - 17 h 00 min UTC+1

ACCÉDEZ GRATUITEMENT À NOS CONFERENCES ONLINE

Nos derniers articles !