Connexion en tant que membre

Actualités Les billets d'humeur Ma vie en expatriation

Halloween, retenez-moi ou je me transforme en sorcière !

Ajouter à mes favoris

Halloween, retenez-moi ou je me transforme en sorcière !Ca fait déjà un mois que ça dure !

Un mois que les voisins, les uns après les autres, recouvrent leurs pelouses de toiles d’araignées, de masques épouvantables, de tombes et de citrouilles.
Un mois que je baigne dans le terrifiant, le gore, le moche.

Un de ces jours, je vais me réveiller dans un tombeau, entre deux vampires livides et trois chandeliers coulants.

 

 
 
Le pire dans cette histoire, figurez-vous, c’est que mes enfants adorent cette période.

Oui, ça les amuse beaucoup de comparer les jardins des copains et de se disputer pour savoir qui a la déco la plus cool.
Ils tiennent absolument à obtenir mon avis pour que je leur confirme si leur perruque est assez poudrée, leur cape assez noire et leurs projets de maquillage assez trash. Mais quel intérêt de se faire si laid !

Quand j’en discute avec mes amies, elles haussent les épaules avec fatalisme.

Cela fait partie de la culture de l’expatriation, que veux-tu ? C’est important de jouer le jeu. Ça les amuse à leur âge, mais ça leur passera. Et tu regretteras cette étape de leur enfance. Ne fais donc pas ton intello française, c’est sympa cette fête !

 

Et bien non, moi ça ne m’amuse pas du tout Halloween. Suis-je la seule ?

Alors, j’ai essayé de comprendre pourquoi je bloque ainsi. Parce que je sens bien que cela attriste mes petits qui aimeraient avoir une maman impliquée à fond et positive comme les autres mamans.

J’ai tout passé en revue, et finalement, il y a bien des raisons d’être mal à l’aise.

D’abord, objectivement, quelle idée d’aimer les fantômes et les sorcières !

C’est froid, noir et ça fait peur. Oui, je l’avoue, de mi octobre à début novembre, j’ai toujours un peu la chair de poule ici. Pour un jour, je me contrôle, mais un mois, c’est trop long pour moi.
Je vous entends d’ici, ça doit venir d’un traumatisme d’enfance. Sans doute ai-je fait partie de ces enfants qui hurlent dès qu’ils voient un masque et qui refusent les déguisements. Inutile de dépenser des millions en consultation de psy. Je suis certainement une victime de stress post traumatique, et je suis sure que ça ne guérira JAMAIS.

Enfin, tout au fond de moi, je connais la vraie raison. Mais ne sais pas si je vais vous la dire, car c’est personnel. Presque intime.

Tout au fond de moi, au moment d’Halloween, je me sens triste parce que je me sens étrangère.

Chez moi, loin là-bas, on ne fête pas cette fête-là.

Chez moi, fin octobre, c’est la Toussaint.

Ce n’est pas une fête rouge et noire. C’est une fête de brouillard et de feuilles mortes.

On est à la campagne. La famille est rassemblée, dans un esprit d’enfance et d’éternité.

Il y a les châtaignes, les hortensias à couper, les premières gelées. Le feu crépite dans la cheminée.

On visite le cimetière et nettoie tous ensemble les tombes. L’ambiance est joyeuse, propice aux confidences et aux récits de famille.

Tous les cousins y sont. Là-bas.

Alors que nous ici, on se déguise de façon ridicule, ça sent le centre commercial et les sucreries, la musique me vrille les oreilles. Pourquoi fait-il encore si chaud !

Et mes enfants n’ont aucune envie d’entendre mes histoires de là-bas. Alors je les garde pour moi.

Je n’aurais pas dû vous raconter cela. Me voilà toute nostalgique. C’est malin ! On fait quoi maintenant ? Vous venez pleurer avec moi ?

 

Il n’y a qu’une façon de chasser cela. L’action !

Très bien, les enfants, vous l’avez voulu. Passez moi le tissu noir. Le rouge à lèvre. Le colorant noir. Votre mère va devenir la pire des sorcières du Sabbat du Shéol. Regardez mes ongles qui s’allongent !

Grrrrrr, ça fait du bien ! Finalement, c’est jubilatoire. Allez, venez dans la rue "Trick or treat", à nous Halloween !

 

Alix

 

FemmExpat vous recommande de lire aussi :

Halloween, hors cadre, organiser une chasse aux bonbons

Pourquoi Halloween marche moins bien en France qu’aux US ?

Halloween et la Toussaint


Commentaire

Poster un commentaire

  • Pas plus tard qu’hier c’est aussi cette nostalgie que je ressentais et partageais dans un mail en écrivant « bon congé de la Toussaint » pour la Belgique mon pays d’origine. Plus de 20 ans que nous sommes au loin et ce sentiment de décalage total par rapport à ce qui se passe autour de nous: on va vers le beau temps et Halloween bat son plein. Quant aux enfants devenus grands, l’un 23 ans travaille aux Pays-Bas et ma fille y étudie. Là-bas, on n’y fête pas la Toussaint puisque c’est un pays protestant.

    Quand les enfants étaient avec nous, école et environement international obligent, Halloween nous le fétions par la « party » à l’école et quelques ‘trick or treat » avec les voisins du compound.

    Merci pour cet article et cette nostalgie partagée.

    Nathalie Tamigneaux

1heure pour faire le point

VOTRE PROTECTION SOCIALE AVEC LA logo CFE

1heure pour faire le point