Connexion en tant que membre

Les billets d'humeur Les Parents / Grands-Parents Les vacances

Oh, vous ne rentrez pas pour Noël ?


noël parents franceDring, dring ! « Allo, ma chérie, c’est maman. Dis donc, on se demandait… vous rentrez, pour Noël ? »

Ah, je m’y attendais, THE question est posée. Qu’est-ce que je vais leur dire ?? J’ai super envie de les retrouver, papa, maman, mon frère, ma sœur, Tonton Jackie, Tatie Dorothée, la marmaille, les cousins, la mère-grand… Les veillées au coin du feu, les séances d’ouverture de cadeaux qui n’en finissent pas, les dîners qui trainent encore plus en longueur, les balades dans le froid et la nuit dès 16h, les traditions que j’ai envie de faire connaître à mes enfants…

Mais en même temps, ça fait cher en billets d’avion, j’ai vraiment la flemme d’écumer la ville à la recherche de cadeaux exotiques-originaux-sympa-qui-feront-plaisir à tout le monde au bercail – et mine de rien c’est un budget, tout ça ! Et puis, aussi, on aimerait bien rester tranquilles, entre nous, et voir un peu à quoi ressemblent les fêtes de fin d’années dans notre nouveau pays. Le père Noël en tongs, en voilà un concept qu’il est sympa ! On gardera notre AR vers le pays pour l’été… mais comment leur dire, à eux qui se réjouissent de nous voir rentrer pour partager ces bons moments familiaux ?

Grésillement sur la ligne, votre hésitation est perceptible…

« euh, eh ben, en fait, on se disait que cette année, on allait rester par ici » osez-vous finalement annoncer d’une toute petite voix.

Silence.

« Chérie, et si c’était nous qui venions vous voir ? »

Ah oui tiens, et pourquoi pas ?...

Maman n’a pas tort, s’ils viennent, vous aurez le beurre et l’argent du beurre… Cela signifie moins de stress pour la préparation du voyage, la réservation des billets et l’achat des cadeaux. Chéribibi aura moins de pression pour obtenir des jours de congé et les enfants pourront continuer à voir leurs amis. Pas de décalage horaire. La famille, les traditions, et l’expérience de la nouveauté. Oui, tiens, pourquoi pas.

Sauf que…

Mais attention, cela implique quand même une certaine logistique. La visite de vos proches pour les fêtes de Noël ne se résume pas à l’organisation du seul repas de réveillon, il s’agit bien de « faire les fêtes ». Maman va vouloir déguster tous les plats traditionnels locaux, parce qu’il faut essayer ! Mais elle veut aussi avoir la dinde farcie sinon c’est le discours sur la perte des traditions assuré. Et assurez-vous de savoir où et quand a lieu la messe de minuit, bande de mécréants ! Il y a certaines traditions auxquelles on ne peut pas déroger.

  • Comment faire passer la pilule de votre non-venue cette année ?

Vous êtes soulagée d’avoir annoncé votre décision, mais vous redoutez que la nouvelle soit mal prise, et par avance vous culpabilisez de faire de la peine. Après tout, ils se réjouissaient de vous revoir, après tout ce temps… vous habitez si loin !

Il va vous falloir trouver le bon compromis entre, d’un côté, l’expression de vos envies, de votre projet et, de l’autre, l’écoute de leurs émotions et de leurs points de vue. Pas facile de réussir à se détacher des attentes de sa famille ! La pression peut se ressentir fortement, même à des milliers de kilomètres ! Assumer ses envies sans être bloqué par sa famille, sans passer pour l’égoïste de service. Pas évident, hein ? Exprimez-vous, dîtes pourquoi vous avez fait ce choix, et écoutez, sans vous laisser (trop) atteindre, leur déception.

Sachez faire preuve d’empathie à leur égard, mettez-vous à leur place – ben oui, vous aller leur manquer, vous, votre joie de vivre, vos enfants lumineux rayons de soleil, votre bronzage, vos anecdotes cocasses. Pour compenser, ou au moins consoler, attachez-vous à leur démontrer votre attachement, à la famille, aux traditions : envoyez une petite attention, montrez-leur que vous pensez à eux. Cela ne remplacera pas votre présence, mais ce genre d’attention gentille fera chaud au cœur.

  • Comment ne pas devenir chèvre lors de leur visite pour les fêtes ?

Si la période des fêtes de fin d’année comporte son lot de stress et de fatigue – la promiscuité, tout ça… - l’expatriation peut être une opportunité d’en casser la lourdeur. Déjà, a priori, vous serez en plus petits effectifs que lorsque toute la famille est réunie. Et un bon point, un ! C’est aussi l’opportunité d’un Noël un peu plus light, logistiquement parlant. Pourquoi, par exemple, ne pas s’embarrasser de la cuisine, en commandant LE repas à un resto qui s’en chargera très bien ? Et puis, une fois Noël passé, hop hop hop, tout le monde dans l’avion, et zou, on file tous ensemble pour un chouette voyage local. S’émerveiller ensemble lors d’un voyage permet de diluer l’énervement, qui vient presque inexorablement au bout de 48 – allez, on va être sympa, 72h de cohabitation. L’attention est reportée sur autre chose, les petits agacements sont noyés sous la nouveauté. Et si, cherry on the cake, cette idée d’un voyage post-Noël devenait une nouvelle tradition ? On en connait pour qui c’est le cas !

  • Se mettre d’accord sur une formule qui convient à tout le monde.

Prévenez votre famille que vous aurez besoin d’aide pour l’organisation. Il n’y a pas de honte à demander de l’aide. Maman tient à sa dinde pour le réveillon ? OK, ça sera sa mission à elle ! Faites-lui comprendre qu’elle devient chef de projet « dinde fourrée aux marrons » - et prévenez-la des difficultés de s’approvisionner en ces denrées sur place. Sachez déléguer et demander de l’aide – vous n’êtes pas obligée d’être tout le temps parfaite ou forte.

Préparez tout le monde à l’idée que ce sera un Noël différent. Pas de messe de minuit ? Promenez-vous à la belle étoile ! On peut toujours se recueillir, il faut juste créer les conditions propices. Au lieu de faire les treize desserts, faites les treize spécialités. Au lieu de vous offrir plein de cadeaux, offrez-vous des expériences : un tour en dromadaire, une sortie en bateau… Après tout, ce sont les souvenirs qui comptent, les bons moments, les gestes, le fait d’être ensemble ! Voilà ce qui garantira la réussite de la fête !

Savoir profiter de ce qu’offre votre pays d’accueil, s’ouvrir à la nouveauté en famille, découvrir, partager ces découvertes : est-ce que ce ne sont pas de beaux cadeaux à se faire ? Un Noël loin de sa base, c’est aussi une fabrique de souvenirs qui rapproche !

--

FemmExpat vous conseille de lire :

Un noël formidable : la dinde de noël

Un papa noël pour la vie

Noël loin de sa base

Un Noël formidable

Las posadas, piñatas etc. : coutûmes de noël au Mexique

Le dilemme des expats pour les fêtes


INSCRIVEZ-VOUS GRATUITEMENT À NOTRE NEWSLETTER

ACCÉDEZ GRATUITEMENT À NOS CONFERENCES ONLINE

Nos derniers articles !