Connexion en tant que membre

Les Amis Les billets d'humeur

Vie d’expat : « tout le monde s’en va, je suis celui qui reste »


tout-le-monde-sen-va-je-suis-celui-qui-resteC'est à nouveau l'heure de sortir les mouchoirs pour les agiter au fil du vent et dire aurevoir à ceux qui partent. Qu'ils soient de retour vers leur ancien foyer ou au départ d'une nouvelle aventure. Mais tous ne partent pas…

Il y a ceux qui restent encore pour un temps et qui vont devoir combler le vide causé par ces départs… 

 

 

De la tristesse… à la résignation

Les amis, ces piliers de l'expat

Il est toujours difficile de laisser partir des personnes avec qui on a été particulièrement proches. C’est encore plus dur dans le cadre d'une expatriation. Et pourtant, on partait en connaissance de cause ! On sait bien qu'une expatriation n'est pas éternelle ! Pourquoi cette amitié est-elle aussi forte ? Car l’une des plus grandes difficultés pour nous expats, est de créer ce cocon qu’est le « home away from home ». Il vous a fallu du temps pour y parvenir... Vous avez ramé pour vous faire de nouveaux amis. Et puis, au bout de quelques mois, ils sont devenus ce cocon. Il ont contribué à notre sensation d'être bien, d’être chez soi, même très loin. Alors quand ils s’en vont, tout est chamboulé. 

Plus facile de partir que de rester

Bien sûr, nous savons qu'ils partent pour de bonnes raisons. Mais ce qui est étrange, c'est ce poids et cette tristesse qui s'abattent sur nous. Un peu comme si on ne s'y attendait pas. Ces amis de passage sont finalement plus importants pour nous que ce qu'on imaginait au départ. Alors c'est plus qu'un pincement au cœur, ce sont des émotions et des sentiments difficilement explicables qui peuvent sembler disproportionnés.

On se surprend à envier un déménagement, l'excitation d'un nouveau départ, les projets... Oui, car ceux qui partent sont pris dans le tourbillon de leur nouvelle vie. Pour ceux qui restent, le quotidien, pourtant si agréable, prend tout à coup une nuance bien terne. On se sent perdu, détaché de la réalité. Notre petit train-train quotidien a déraillé.

Et on se retrouve comme à notre arrivée en expatriation : seul, perdu et en territoire hostile.

Stéphanie qui a passé près de 15 ans en Equateur, témoigne : "Cela ne m'empêche pas d'aimer cette vie ! Mais c'est tellement plus facile de partir que de voir partir les amis ou même les personnes qui ont croisé notre vie."

Des pistes pour avancer

Digérer, sortir ses mouchoirs

Quand on a trop souvent été celui qui reste et que l’expatriation, initialement prévue pour un temps seulement, s’éternise, on sent qu'on a fait son temps. On aimerait bien, nous aussi, repartir.

Commencez par prendre le temps de digérer ce qu'il s'est passé à grand renfort de mouchoir et de quelques petites douceurs afin de faire passer le sentiment de perte qui vous oppresse le cœur.

Célébrer cette amitié, faire la fête, et des projets

Pour célébrer ces amitiés, et marquer d’un grand moment vraiment sympa la fin de ce séjour ensemble. Rire, pleurer, se souvenir de tous les bons moments, des galères partagées… Bref, laisser partir les amis le cœur gros. Peut-être, mais surtout le cœur plus grand. Programmez des retrouvailles, faites des projets de retrouvailles, de vacances ensemble, proposer un RDV Skype par mois pour prendre des nouvelles, échanger.

Et laissez-vous du temps

Soufflez, acceptez ce temps. Ne vous précipitez pas... C'est peut-être un moment que l'expatriation vous offre pour prendre un temps de recul, vous recentrer sur votre cocon. Si vous rentrez cet été en France, profitez de vos familles, de vos maisons d'enfance. Quitter ses amis n'est pas simple, ne minimisez pas votre chagrin. Accueillez-le pour mieux le digérer. Il vous faudra revenir avec des forces nouvelles, alors profitez de l'été pour les prendre ! 

Reprendre ses projets

Découvrir de nouvelles personnes…

Pas évident. Et pourtant... C'est la notre force, nous expats. Savoir puiser en soi pour retrouver de l’énergie, celle de faire « comme avant », avec d’autres.

Pas facile de garder de l’allant pour aller à la rencontre des nouveaux. Surtout quand on sait, par définition, qu’ils partiront, ou que nous finirons par partir. La tentation est grande de se protéger en ne s’exposant pas à de nouveaux départs. Certes. Mais comme le dit Iciestla : « je ne pense pas qu’il soit préférable d’éviter de rencontrer du monde pour se protéger des adieux. Profiter à fond, c’est comme ça que je n’aurai pas de regrets. »

Et puis, dans votre pays d'expatriation, vous êtes devenue une experte en quelques sortes. La sagesse de l'expérience ! Sachez que pour beaucoup de nouvelles arrivées, vous serez comme un mentor pour elles. Votre avis, votre expérience sera un appui. Acceptez cette place et pourquoi pas, profitez-en pour vous engager dans l'Accueil local.

Puiser dans l'énergie des enfants

Dites-vous bien que dans cette affaire, vous n'êtes pas seule ! Pour les enfants, c'est la même chose. Surtout aux âges où se forgent des amitiés vraiment fortes. Corinne Tucoulat, expat coach et co-fondatrice d'Expat Communication raconte : « A chaque rentrée des classes, mes enfants, qui avaient dit au-revoir à leurs copains avant l’été, rentraient à la maison en annonçant « maman, il y a X nouveaux cette année, c’est super ! ». Et si vous retrouviez cet enthousiasme ?

Ou changer de "camp"

D'autres expats ont décidé de voir les choses autrement et refusent de reproduire un schéma "amical" voué à l'échec.

Le témoignage de Stéphanie est assez parlant : "Rester dans un pays et voir les gens partir, n'a pas été trop difficile les premières années parce que je me disais qu'un jour, à mon tour, je ferais de nouveau mes valises. Douze ans après, ma perspective a changé... Nous sommes arrivés en août 2003 à Guayaquil (Equateur) avec deux enfants de 5 ans et 7 ans. Les premières années ont été celles de l'apprentissage de la langue, de la découverte de la culture, du pays et des gens. (...) Les années ont passé.

La vie d'expatrié m'a appris que s'attacher aux personnes qui entrent dans notre vie présage des moments difficiles. Avec les années, je finis par ne plus faire l'effort pour aller vers l'autre ou si je le fais, j'évite de trop m'attacher parce qu'au moment du départ, ces personnes-là laissent un grand vide. J'ai le sentiment d'avoir "pris racine" sans le vouloir et de me retrouver après chaque départ un peu plus seule".

Pour d'autres, ces départs à la chaîne sont le point de départ pour une rencontre des locaux, des résidents, des immigrés. De ceux qui resteront ! 

Devenir plus forte, plus résiliente... des qualités que l'on apprend en expatriation, et qui nous guideront toute notre vie.

Repenser son projet d'expatriation

Si le départ des amis n’est pas un moment agréable, il est moins difficile à vivre quand on a des projets qui nous donnent de l’entrain.

Marie, au pair en Irlande, témoigne : « Aujourd'hui mon expérience touche à sa fin mais j'ai trouvé un nouvel emploi à Dublin, je suis aussi devenue dessinatrice ce qui était mon rêve et je compte donc poursuivre mon expatriation. En revanche, tous mes amis (au pair et étudiants) s'en vont un à un ce mois-ci. Les voir partir me rappelle que ma famille est en France, qu'ils vont pouvoir profiter de la plage et du beau temps et cela me manque. Mais je m'épanouis tellement ici et j'ai tant de projets que je ne peux pas être triste. »

Pour certains expatriés, la reprise d'une activité professionnelle arrive quand l'expat se prolonge. Et qu'on n'a vraiment pas envie de se retrouver à un 10e café d'accueil à la rentrée sans projet personnel.

Les pistes sont nombreuses : bénévolat, travail à distance, entrepreneuriat… Qui sait ce moment de ras-le-bol peut aussi être le déclic pour un bilan de compétences ?

bouton Abonnement NL FXP- 350x150

Pour faciliter votre vie en expatriation, Expat Communication, éditeur de FemmExpat.com met à votre disposition une équipe de coachs spécialisés dans l’expatriation pour travailler avec vous par skype, ou en direct dans certaines villes. Inscrivez-vous dès aujourd'hui pour une séance de découverte gratuite avec l'un de nos Expats Coachs.

bannière -seance-decouverte-coaching-728x90

FemmExpat vous recommande également :

Le coaching pro pour trouver un job en expat ou au retour !

Expats versus résidents

Despedida, fête de départ, farewell party

Le mal du pays en expatriation : nostalgie quand tu nous tiens


ABONNEZ-VOUS À NOTRE NEWSLETTER

Femmexpat Conférences en ligne