Connexion en tant que membre

Les Enfants expatriés Ma vie en expatriation

Semaine de la Francophonie : Apprendre le français, c’est quoi finalement ?

Ajouter à mes favoris

Semaine de la Francophonie : Apprendre le français, c'est quoi finalement ?A l'occasion de la semaine de la Francophonie qui commence ce samedi 18 mars, Catherine Allibert revient, pour FemmExpat, sur l'apprentissage du français chez les enfants expatriés. Parce qu'apprendre le français, c'est quoi finalement ?

 « C’est quoi, pour vous, apprendre le français ? » Derrière cette question un peu étrange que je pose aux parents expatriés se cachent bien des choses. Chacun voit derrière ces mots des concepts différents. Certains y voient une langue à maîtriser à tout prix. D’autres l’envie de faire passer sa propre culture à ses enfants. D’autres encore, le besoin de donner toutes les chances à son enfant d’être bilingue…

Comprendre les rouages de l’apprentissage d’une langue comme le français permet de parvenir plus facilement aux objectifs que nous nous sommes fixés. Voici quelques pistes de réflexions pour vous aider.

L’apprentissage d’une langue, une progression irrégulière

Nous avons souvent en tête cette idée que nous apprenons de manière linéaire. Chaque leçon nous rapproche de l’objectif final. Cette croyance nous bloque sur bien des choses. Nous n’acceptons pas par exemple qu’un enfant ne se rappelle plus d’une règle pourtant maintes fois vue et revue. Si nous nous intéressons un peu plus aux neurosciences, nous découvrons que le cerveau, chaque nuit, supprime de la mémoire ce qu’il pense inutile. Et il archive dans la mémoire à long terme ce qu’il pense être important ou ce qui l’a marqué d’une manière ou d’une autre.

Pour un enfant expatrié, les mots qui lui permettent des interactions avec la communauté qui l’entoure vont avoir plus de poids que ceux d’un français qu’il n’utilise que dans le cercle familial. Oui, l’enfant avait bien appris sa leçon. Mais son cerveau l’a mise de côté pour laisser place à des choses plus utiles. On comprend alors mieux pourquoi il faut revenir plusieurs fois sur une leçon !

L’orthographe et la grammaire, dans… le bac à sable !

Je rencontre des enfants qui connaissent déjà beaucoup de choses en orthographe et en grammaire. Mais qui ne savent pas pour autant s’exprimer correctement en français.

À mon sens, l’orthographe et la grammaire ne sont que des outils pour se faire comprendre de tous. Une convention commune qui nous vient de la nuit des temps. Et qui vous permet par exemple, en ce moment, de lire et de comprendre ce que j’écris. Trop souvent les parents s’arrêtent là. Or c’est comme montrer à un enfant comment marche un seau avec du sable, puis ne pas lui laisser faire de châteaux ! Osons aller plus loin. Et laissons-les découvrir par eux-mêmes la joie de faire des pâtés ! Osons leur laisser la liberté de s’exprimer, même si ce n’est pas parfait ! Encourageons-les à écrire le plus possible.

Le français, un terrain d’expérimentation

Combien de fois avez-vous vu votre enfant qui, lorsqu’il écrit de lui-même, oublie tout simplement d’appliquer une règle de français ? Dans le cadre de l’exercice, il semblait pourtant avoir compris ! C’est en laissant expérimenter l’enfant que vous lui ferez prendre conscience que les règles doivent s’appliquer tout le temps. Et en faisant des erreurs, il se rend aussi compte des conséquences qu’une faute peut avoir. Par exemple, une mauvaise interprétation de ce qu’il voulait exprimer.

C’est en expérimentant beaucoup, souvent et en ayant des retours bienveillants que les enfants progressent le plus rapidement. En essayant, l’enfant se sent plus impliqué dans son propre apprentissage. Et plus cet engagement est fort, plus il est facile pour lui de se rappeler de cette règle ! Osons donc leur proposer de vrais projets d’écriture !

La langue, bien plus qu’une simple matière d’école

Apprendre une langue, c’est aussi apprendre un état d’esprit, une culture. Le français a aussi, en son cœur, son propre parler, ses propres expressions, ses propres idées. Et c’est une langue qui évolue ! Je m’en rends compte en écoutant mes propres enfants. Les expressions qu’ils utilisent dans la cour de l’école ne sont plus les mêmes que celles que j’utilisais ! Lire, parler, écrire sont les trois piliers principaux de l’apprentissage d’une langue. Mais à mon sens, il est important d’y ajouter toute la culture qui s’y rapporte par le biais de films, en suivant les actualités, ou encore en partant à la découverte de l’Histoire et de la géographie de la France. Ayons donc une approche du français dans toute sa globalité.

Apprendre une langue, c’est la pratiquer !

Il est très fréquent qu’un enfant utilise sans s’en rendre compte un niveau de langage qui n’est pas correct. Connaître la différence entre le familier, l’argotique et le langage soutenu, par exemple, fait partie des subtilités nécessaires pour que l’enfant puisse comprendre ses pairs français. Et une manière d’acquérir cette connaissance lorsque l’on ne se trouve pas dans le pays, c’est de lire le plus possible. Pas uniquement des romans classiques, mais aussi des bandes-dessinées, des livres pour enfants ou pour adolescents. Vivre pendant quelques instants comme le ferait un enfant français. En la pratiquant ensuite dans le cercle familial,  l’enfant assimile mieux les nuances de la langue.

Nombreux sont les parents expatriés qui me font part de leurs inquiétudes (légitimes !) sur le fait que leur enfant perde peu à peu son français. Ils sentent bien la limite qu’il y a à ne pratiquer le français que dans le cercle familial. Pourtant ce n’est pas une fatalité. En analysant ce qui nous entoure, en créant des occasions d’utiliser le français, en invitant notre enfant à le parler, le lire, l’écrire, nous pouvons tout à fait faire en sorte qu'il se sente plus à l’aise dans cette langue maternelle qu’il ne maîtrise peut-être pas encore. Le français s’acquiert par l’expérience, en consolidant ses acquis, en osant utiliser des expressions, des tournures, en percevant ses subtilités, en la confrontant à un public bienveillant.

« Mais, pour apprendre le français, il faut tout un village ! » me disait une mère expatriée. Oui, et si le village n’existe pas, il revient à nous, parents, de créer l’environnement favorable pour que notre enfant s’immerge lui aussi dans cette belle langue !

Catherine Allibert, une histoire de samouraïsCatherine Allibert
Écrivain et accompagnatrice des enfants expatriés dans le monde de la langue française.
Son site : www.unehistoiredeninjasetdesamourais.com
« Apprendre le français avec la souplesse du ninja et la rigueur du samouraï ! »

FemmExpat vous conseille d'autres articles de Catherine Allibert :

Au secours ! Mon fils parle franglais ! » et autres inquiétudes de parents expatrés

Apprendre le français à son enfant : notre traumatisme du stylo rouge

Et son billet d’humeur sur son retour en France : Home sweet home : rêverie ouverte sur un retour d’expatriation


VOTRE PROTECTION SOCIALE AVEC LA logo CFE

Nous suivre