Connexion en tant que membre

Education La Scolarité la scolarité au retour Orientation

Parcoursup : que faire si vous n’avez que des refus ?


Parcoursup-que-faire-si-vous-n-avez-que-des-refus« Cette année, c’est pas le bac qu’on passe c’est Parcoursup !» titrait un quotidien, à l’heure ou près de 753 000 jeunes démarrent ce lundi 18 juin le bac 2018 en France. Que faire en cas de refus via les réponses de Parcoursup ? Quel est votre plan B ? Voici quelques pistes pour ne pas désespérer, pour patienter ou pour mettre à profit cette année qui vient.

 

"La commission d'examen des vœux n'a pas retenu votre dossier"... 

Beaucoup de lycéens sont étonnés de constater que leur vœu d’aller en faculté n’a pas été satisfait. Soyez patients, cela s’explique pour une part par les vœux formulés par des lycéens aux dossiers solides qui ont, par sécurité, mis des « facultés » dans leurs vœux. Des résultats positifs dans des filières sélectives comme les prépas, BTS ou IUT libéreront bientôt des places.

 

Contacter la commission Parcoursup pour une autre voie

Une commission spécialisée dans la cadre de ces refus a été mise en place mi-juin dans chaque rectorat. Cette commission a en charge de vous faire des propositions alternatives basées sur votre texte "Ma préférence".

Attention c’est à vous d’agir !

Cette commission ne se saisira pas elle-même des cas qui posent problèmes. Les lycéens devront en faire la demande par mail via le site Parcoursup. Bon à savoir tout de même, le recteur, dans le cadre de cette commission, est censé trouver des places à tout le monde, au plus tard début septembre.

 

 De multiples autres formations sont possibles, hors Parcoursup

Savez-vous que près de 15% des formations supérieures sont disponibles en France hors Parcoursup ? 

C’est le cas de certains établissements publics 

Comme la prestigieuse Université Paris Dauphine, Sciences Po Paris et les Instituts d’études politiques (IEP). Ou encore de certaines écoles supérieures d’art, dont les Beaux-Arts et l’École nationale supérieure des arts décoratifs (Ensad) à Paris. Certaines filières très sélectives, dont des licences bi-disciplinaires et des doubles cursus de l’Université Pierre et Marie Curie (UPMC), ou le collège de droit de Paris 2-Assas, réservé aux meilleurs étudiants, gèrent aussi leurs admissions directement.

Dans le secteur privéLivret Bachelors : La formation en vogue

Bon nombre d’établissements ont également fait le choix de rester en dehors de la plate-forme. On trouve encore un grand nombre de formations paramédicales, des écoles d’ingénieurs et la plupart des business schools postbac. Parmi elles, de nombreux Bachelors sont aujourd’hui prisés, dans tous domaines (management, financier, commercial, artistique, journalisme, média, hôtellerie cinéma…).

Avec un Bachelor, il est également possible de faire un master n’importe où en Europe et même dans le monde. Egalement par exemple la FACO, Faculté privée de droit et d’économie-gestion en plein centre de Paris vous accueillera sur dossiers et RDV à tout moment dans l’année scolaire.

A vous de les contacter directement.

Une procédure complémentaire à partir du 26 juin

Du 18 au 26 juin, la machine Parcoursup s’arrête pour, selon l’institution, laisser les lycéens « se concentrer pleinement sur leurs révisions et leurs épreuves », alors que plus d’un sur cinq est toujours sans proposition d’orientation…

A partir du 26 juin, vous pourrez postuler à nouveau à d’autres formations via l’ouverture de la phase de procédure complémentaire de Parcoursup, pour formuler à nouveau 10 vœux d’orientation dans les formations où il restera des places disponibles. Cette nouvelle phase permet de repartir de zéro avec des filières qui ont encore de la place disponible.

 

Et si vous faisiez de cette déconvenue un atout ? Et si vous partiez un an à l’étranger ?

Envie d’améliorer votre anglais, de découvrir d’autres cultures, de vous forger un profil international ? Vous êtes de plus en plus nombreux, à opter dès la sortie du lycée pour des études hors de France. Pour certains, c’est aussi un bon moyen de contourner un système français jugé un peu trop “cadré ».

Bref, au-delà d'une culture, c’est aussi l’occasion de découvrir une nouvelle manière d’apprendre... Le virus est pris et vous serez nos prochains brillants expats. Mais attention, il faut ici prévoir des coûts financiers conséquents : logement, école… Cette solution a beaucoup d'avantages : si vous optez pour une université européenne, anglaise par exemple, votre diplôme sera reconnu dans toute l’Union européenne.

Vérifiez cependant avant l’inscription, que l'université britannique est bien reconnue par l'État. Ce conseil vaut quel que soit le pays et la formation, surtout si vous optez pour une destination hors Europe. Reconnaissance par l’État, accréditations internationales, classements, profitez des labels à votre disposition. De retour en France, trop d'étudiants découvrent que leur diplôme n'a pas ou peu de valeur…

Enfin l’année sabbatique vous tente ? Envie de larguer les amarres et voir ailleurs si l’herbe est plus verte ? Les solutions existent là encore et elles sont multiples... Une année de break pour un engagement associatif est par exemple plutôt le choix dans les pays anglo-saxons. Mais son intérêt grandit en France.

 

Sabine Cros-Scherer

Sabine Cros-Scherer est responsable des pages Education de FemmExpat. Un témoignage à partager, un sujet que vous souhaitez voir traiter ?

Ecrivez-lui à sabine.cros@femmexpat.com

 

 

Femmexpat vous conseille également de lire :

L’année sabbatique entre le lycée et les études : pour quoi ? Comment ?
Faire ses études à l’étranger
5 bonnes raisons pour choisir un Bachelor


INSCRIVEZ-VOUS GRATUITEMENT À NOTRE NEWSLETTER

ACCÉDEZ GRATUITEMENT À NOS FACEBOOK LIVE

1heure pour faire le point

VOTRE PROTECTION SOCIALE AVEC LA logo CFE

1heure pour faire le point

Nos derniers articles !